Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 03:08

UNHRC declares Israel the aggressor - BEFORE the inquiry (Elder of Ziyon) - "Creating a false framework is a favorite methodology of diplomats to stack the deck against Israel without having to lie. When a commission is told what to look for, they will generally not expand that mandate to look elsewhere. And this commission is being told clearly that Israel's response to terror is not a response at all, but a military aggression for no other reason besides Israel being inherently aggressive".


Some videos from Mahmoud Abbas' peaceful Fatah movement (Elder of Ziyon) "a video from Lebanon showing the Al Aqsa Martyrs' Brigades [Fatah] showing off their weapons as well as some Israeli gear they claim was left behind in Gaza"; "Not once has Abbas denounced the terrorist groups that operate under his own party. This is one of the biggest unreported stories of the war - the Israelis don't want to mention it because they are cooperating with the PA on security and don't want to embarrass Abbas, and the media stays away from the topic because it contradicts their meme of Abbas being a man of peace".

Le Hamas aime faire pression sur la presse, Antoine-Martin Arrighi (Causeur) - "L’Association de la presse étrangère en Israël et dans les Territoires palestiniens (FPA) a accusé lundi le Hamas d’avoir “harcelé” et “menacé” des journalistes étrangers venus couvrir la guerre dans la bande de Gaza"; "À  la lumière de ces accusations, les quelques journalistes qui ont pris le risque de l’honnêteté méritent l’admiration.  C’est le cas des équipes de France 24 ainsi que des envoyés d’une chaîne de télévision indienne qui ont pu filmer les militants du Hamas installer et tirer des roquettes à proximité de leur hôtel. Mais globalement, ces exemples sont des exceptions".

Egypte/Sinaï: un tir de roquette tue un enfant (Reuters)
Un enfant palestinien tué et deux autres blessés dans un lancement de missile palestinien raté à Gaza (JSS)

What you need to know and aren't being told about Hamas, Joseph S. Spoerl (professor in St. Anselm College’s philosophy department)
   "In World War II, the Allies imposed a total naval blockade on Nazi-occupied Europe. They also bombed German population centers, killing thousands of German civilians. There were no Western reporters inside of Nazi Germany, however, so ordinary Britons and Americans learned little about the suffering of German civilians.

    Suppose, however, that this had been different. Imagine that American and British reporters had sent back a steady stream of news stories and photos highlighting the plight of German civilians: photos of ruined homes and apartment blocks, wailing women and children, overwhelmed hospitals and so forth. Suppose, further, that these reporters never mentioned anything about the ugly ideology of Hitler and the Nazis, their genocidal hatred for Jews, their plans for world conquest, their persecution of political opponents, etc.

    We would all agree that reporters acting in this way would be guilty of a serious breach of journalistic ethics. They would be actively misleading their audience by telling only a small portion of the truth. One can mislead as effectively with half-truths as with lies, after all. The ideological divide between Hitler and the Western democracies was the single-most important aspect of the conflict. World War II was a clash of worldviews and ideologies more than anything else. It was a war for the heart and soul of Europe: Would Europe be a fascist, militaristic continent driven by genocidal hatred, or a haven for liberal democracy and the basic human freedoms that go with it?

    As absurd as it sounds, the imaginary scenario sketched out here has been unfolding before our very eyes in the Gaza strip over the past month. Gaza is filled with Western reporters whose focus has been overwhelmingly on the suffering of civilians. The suffering of innocent bystanders in war is a newsworthy story, to be sure, but it is not the only or even the most important aspect of the clash between Hamas and Israel (and the Israeli military is far more careful to avoid civilian casualties than were the Allies in World War II). Like our hypothetical reporters in Nazi Germany, Western journalists ignore the most important aspect of the conflict — its ideological side.

    Here is the most important thing to know about this conflict: Hamas is an Islamic Nazi party, while Israel is a Jewish liberal democracy.
    The goal of Hamas is to obliterate the state of Israel and kill all of its Jewish inhabitants. In a typical Friday mosque sermon broadcast on the Hamas TV station on July 25, the preacher made this point: “Our doctrine in fighting you (the Jews) is that we will totally exterminate you. We will not leave a single one of you alive.” Why? Because the Jews are “alien usurpers of the land.” Moreover, “wherever the Jews lived, they spread corruption.” Hamas propaganda is filled with such incitement to genocide.

    But genocidal Jew-hatred is only one of the ways in which Hamas resembles the German Nazi Party. Hamas, like the Muslim Brotherhood of which it is a branch, is also a totalitarian movement. It seeks to govern society according to medieval Islamic law, which means turning non-Muslims into second-class citizens and suppressing basic liberties such as freedom of religion and the press. It also means “commanding the right and forbidding the wrong,” an aspect of Islamic law that basically means meddling in people’s private lives so as to impose Islamic norms on them.

    Finally, while Hamas is focused for the moment on obliterating Israel, its ideology, like that of the Muslim Brotherhood, is imperialistic. Hamas and Brotherhood preachers routinely predict the coming Islamic conquest of Europe and America. The founder of the Muslim Brotherhood, Hassan al-Banna, insisted that only Muslims have the right to rule the world. Hamas is an imperialistic, totalitarian political movement driven by genocidal hatred for Jews — in short, an Islamic Nazi Party. It exists beside the world’s only Jewish state, a liberal democracy. 

    No aspect of the conflict is more important, or more ignored by the mainstream media, than this one."

Repost 0
Published by Occam - dans Août 2014
commenter cet article
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 02:19

The one piece of 'whataboutery' that Israel-bashers have no answer to, Brendan O' Neill (The Telegraph) "On Ukraine, there have been no marches, no lists of names of those killed, no tweeted photos of dead children or maimed civilians. Why not, protesters?"

   ''No one likes whataboutery, I know. Whataboutery – a term that originated to describe the fractious, fingerpointing style of politics in Northern Ireland – is when an individual tries to dodge questions about some bad thing that happened by saying, "Well, what about all the other bad stuff that is happening?" There has been a lot of whataboutery in relation to the Israel-Gaza conflict and what some people see as the Left's disproportionate obsession with it. It goes like this: "Okay, leftists, you are right: there is suffering in Gaza. But what about Assad's destruction of vast swathes of Syria, or Isis's assaults on the Yazidi people, or the various conflicts that have enveloped parts of Africa in recent years? Do you not care about those crises? Why aren't you protesting about them?"
    Leftists who have for the past month spent massive amounts of their time protesting about Gaza and nothing else have a pretty solid answer to this whataboutery. They point out that Israel is supported by our governments, both politically and militarily, and therefore radicals in the West have both a duty to protest about Israel's actions and also the possibility of doing something about them through putting pressure on our leaders to withdraw their support. We have no control over Isis, they argue, or Assad, so what would be the point of protesting? What would protesters chant? "We really don't like ISIS"? It would hardly be the most productive use of protesters' time.

As it happens, they have a point. It does make more sense to protest about things that our own governments are complicit in, or are facilitating in some way, than it does to take to the streets every time something terrible happens in some corner of the globe. But I still have a question for them. It is whataboutery, yes, but a legitimate piece of whataboutery I believe. Here goes: what about Ukraine?

    Things have become extremely grim in eastern Ukraine in recent weeks, and our governments are complicit in the grimness. The government of Kiev, backed by Washington, London and most EU nations, has for three months been ruthlessly shelling and firing missiles into built-up areas of eastern Ukraine. It has stepped up its campaign in recent weeks, in the wake of the shooting down of a passenger jet by the Eastern rebels. The impact of Kiev's assault has been dire. Around 1,500 people have been killed. This includes elderly people and children. In the space of two months, more than 100,000 refugees have fled eastern Ukraine for other parts of the country, while more than 150,000 have fled into Russia. That is a quarter of a million wartime refugees, here in Europe. Not even hospitals in eastern Ukraine are safe: the women of a maternity hospital in Donetsk have had to go underground to give birth in safety. "I can't believe we have got to this point: giving birth in a cellar", said one woman.

    It is a desperate and tragic situation – and one which our governments here in the West helped to make possible. Our governments support the new government of Kiev that is doing the shelling. The Obama administration has sent military equipment and military advisers to Kiev.Canada is also providing military aid. Nato has sent $4.5m worth of military equipment to the Kiev military. David Cameron wants to go further: he has called on Nato to deploy its weapons in Eastern Europe in order to protect nations like Ukraine from Russia and its allied groups.

    So then, what about Ukraine? Why the silence from radical protesters who claim to oppose terrible wars that impact on civilians and which our governments facilitate or inflame? Never mind Isis or Assad – it's true that little could be achieved by protesting against them. But why not protest about Kiev's assaults on Eastern Ukraine and call on our governments to stop supporting, advising and providing equipment to Kiev? Ukraine is a thorn in the side of anti-war leftists because it completely explodes their claim that there is nothing odd, nothing prejudiced, about their myopic focus on Israel. If these protesters truly were consistent in their loathing of war, especially wars contributed to by our governments, then they would have marched and tweeted and shouted about Ukraine as much as they have done about Israel. But they haven't. There's something different about Israel, something which gets leftists' blood pumping in a way that no other war or state or crisis on Earth does. Anti-Israel campaigners can't be surprised by all the speculation about their true motives when they have singularly failed to explain why the militarism of the Jewish State makes them weep and wail more than the militarism of any other state, including other states supported by our governments.

    On Ukraine, there have been no marches, no lists of names of those killed, no tweeted photos of dead children or maimed civilians. Why not, protesters? Shall I help you get started? One of the hundreds of civilians killed in Eastern Ukraine was a former cook. One was a car mechanic. One was a cleaner who had popped out to buy beef to make her son some meatball soup when she was killed. Feeling angry yet? No? Well then, you must explain, as a matter of urgency, why not.''

 

UNHRC "Goldstone II" chair refers to Zionists as "our enemies" (Elder of Ziyon) - "The UN announced that the chair of the new UNHRC commission to damn Israel - essentially, Goldstone II - is William Schabas".

http://elderofziyon.blogspot.jp/2014/08/unhrc-goldstone-ii-chair-refers-to.html


The Real "Siege" of the Gaza Strip, Khaled Abu Toameh (Gatestone Institute) - "Egypt has not only turned Gaza into an "open-air prison." It has prevented the delivery of humanitarian aid to the Palestinians of the Gaza Strip before and during the war. Last year, more than 100 Muslim scholars signed a petition accusing Egypt and Arab countries of participating in the siege of Gaza by keeping Egypt's Rafah border crossing with Gaza closed and preventing medical and humanitarian aid. Egypt does not want anyone to talk about its blockade of Gaza. At the cease-fire discussions taking place in Cairo, the Palestinians have been asked not to talk about the Rafah border crossing between Gaza and Egypt. The Egyptians want the world to blame only Israel for the "siege" on the Gaza Strip, and turn it into an Israeli, and not an Egyptian, problem. While Egypt continues to impose strict restrictions, hundreds of trucks of food and basic supplies — and ambulances and medical staff from Israel — are being transported into Gaza through border crossings with Israel".

http://www.gatestoneinstitute.org/4599/siege-of-gaza

Repost 0
Published by Occam - dans Août 2014
commenter cet article
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 03:17

- 850 terrorist rockets landed in the Gaza Strip (Elder of Ziyon) :

   "[...] terror groups fired their rockets directly at the IDF in Gaza - about 370 of them. The rockets are not meant to be used that way. This means terrorists are aiming the rockets to hit IDF targets by pure guesswork, not the educated guesses they have used for the shorter-range rockets aimed at Sderot and Ashkelon. It would mean that they are aiming the rocket launchers very low - at a height that would hit Gaza buildings when they miss their targets.  This means that over 850 terrorist rockets landed in Gaza during the fighting so far(I am assuming that "rocket" means rocket, not mortar. But even their mortars would be launched from a far enough distance that most would miss their targets and land in the built-up areas that the IDF was engaged in.) The number of deaths from these rockets cannot be negligible. The amount of damage must be significant. Given that the misfired rockets are landing wildly all over Gaza, the media is especially negligent not to mention these rockets are possible sources for damage and deaths [...]"

- Hamas could have chosen peace, instead it made Gaza suffer, Dennis Ross :

- The "siege"is the biggest lie of all (Elder of Ziyon) :
Repost 0
Published by Occam - dans Août 2014
commenter cet article
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 08:32
Protective Edge

- Gaza : le Hamas prévient qu'il ne fera "aucune concession" à Israël (AFP)
https://fr.news.yahoo.com/gaza-combats-baissent-intensit%C3%A9-washington-esp%C3%A8re-cessez-feu-053330692.html
   "Le Hamas palestinien a prévenu samedi qu'il ne ferait "aucune concession" à Israël alors que se poursuivent les hostilités dans la bande de Gaza. "Il n'y aura pas de retour en arrière. La résistance va se poursuivre de toutes ses forces. L'intransigeance de l'occupant (israélien) ne lui apportera rien et nous ne ferons aucune concession sur les exigences de notre peuple", a affirmé dans un communiqué Fawzi Barhoum, un porte-parole du mouvement islamiste à Gaza. [...]"

- Derrière la reprise des combats se joue la levée du blocus dans la bande de Gaza, Hélène Sallon (Le Monde) - "Vendredi soir, les Etats-Unis ont dit regretter que le Hamas « continue à formuler des exigences maximalistes »."
http://www.lemonde.fr/international/article/2014/08/09/derriere-la-reprise-des-combats-se-joue-la-levee-du-blocus-dans-la-bande-de-gaza_4469512_3210.html
   "[...] Le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a justifié la décision du mouvement islamiste de ne pas reconduire la trêve. « Aucune avancée n'a été faite. Nous n'avons jusqu'à présent reçu aucun document présentant la réponse israélienne à nos demandes. , nous avons reçu un mémorandum de la partie égyptienne, et ce document ne répondait à aucune de nos requêtes – l'aéroport, le port, la zone-tampon, l'extension de la zone de pêche… Il n'y avait pas non plus de mention explicite de la levée du siège », a-t-il dit, accusant Israël de « traîner des pieds ».
   « Nous n'avons cependant pas fermé la porte et continuerons les négociations », a-t-il ajouté, alors que les pourparlers se poursuivent entre l'Egypte et les Palestiniens. Le Hamas, conscient qu'Israël ne souhaite pas réoccuper la bande de Gaza et l'en déloger, espère le forcer à accepter une nouvelle trêve sous conditions.
    Ni le médiateur égyptien ni les autres membres de la délégation palestinienne unifiée, notamment son chef, Azzam Al-Ahmed, un représentant du Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, n'ont réussi à faire baisser leurs armes au Hamas et au Jihad islamique. La poursuite des pourparlers est mise à mal.
   « Israël ne négociera pas sous les bombes », a mis en garde un responsable israélien. La délégation israélienne s'est retirée vendredi matin. Au sein du cabinet de sécurité israélien, certaines voix s'élèvent pour écarter le mouvement islamiste des négociations. La ministre Tzipi Livni a proposé de lever le blocus de Gaza contre le retour de l'Autorité palestinienne au pouvoir.
    Le ministère des affaires étrangères égyptien a assuré que « de rares points de désaccord » demeurent. Pourtant Israël refuse toujours une levée totale du blocus, tant que la bande de Gaza n'aura pas été démilitarisée. Il s'oppose notamment à l'exigence concernant la construction d'un port. La demande du Hamas offrirait à la bande de Gaza un point de transit pour les biens et les personnes hors du contrôle d'Israël et de l'Egypte. Elle est appuyée par une proposition européenne, encore assez floue, formulée par la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne (E3), qui prévoit une levée du blocus contre un plan de démilitarisation de la bande de Gaza.
    L'Union européenne et ses Etats membres, qui investissent plus d'un milliard d'euros par an dans le territoire palestinien, cherchent une solution pérenne pour la bande de Gaza. Cette proposition, qui reste à l'état d'un document de travail, inclut la construction d'un port et l'ouverture d'un couloir maritime vers Larnaca, à Chypre, placés sous la supervision d'observateurs européens, afin d'empêcher un réarmement du Hamas.
    L'Union européenne s'est également dite prête à repositionner les observateurs de sa mission Eubam au point de passage de Rafah, vers l'Egypte, parallèlement au déploiement de forces de la garde présidentielle palestinienne. La mission Eubam, composée de 70 hommes, avait été mise en place de 2005 à 2007. L'ouverture du point de passage de Rafah, vers l'Egypte, n'a toutefois pas été discutée au Caire, selon des sources palestiniennes.
    Israël refuse également, à ce stade, d'aborder la question de la libération de cent prisonniers palestiniens, notamment ceux élargis dans le cadre de l'accord Shalit en 2011 et arrêtés à nouveau par Israël en juin. Vendredi soir, les Etats-Unis ont dit regretter que le Hamas « continue à formuler des exigences maximalistes »."

- Palestine : la guerre intérieure Hamas-Fatah, David Kenner (Slate) - "Les relations entre Abbas et le Hamas sont de plus en plus tendues ; c’était déjà le cas avant l’éclatement du conflit à Gaza" ; "Si les fonds pour la reconstruction de Gaza sont filtrés par l’Autorité palestinienne, le Hamas aura sans doute peur de voir le Fatah l’utiliser pour renforcer sa présence sur le territoire – un soupçon renforcé par d’anciens responsables israéliens, qui laissent entendre que les forces de sécurité d’Abbas auront bientôt la possibilité de reprendre le contrôle de la bande de Gaza. La guerre va peut-être finir par se terminer, mais la lutte à venir pour le contrôle de Gaza sera plus déterminante pour l’avenir du Hamas" ; "Officiellement, le Hamas a fait la paix avec le Fatah, son principal rival palestinien – mais leur relation demeure empoisonnée par les soupçons : chaque faction pense que l’autre a pour but de l’affaiblir et de la dominer".
http://www.slate.fr/story/90727/palestine-guerre-interieure-hamas-fatah


France

- Gaza : des milliers de manifestants à Paris (AFP) - dans une dépêche antérieure : "Une dizaine de jeunes, vêtus de t-shirts jaunes, ont disposé en tête de cortège des mannequins représentant des cadavres et mimé des enfants apeurés sous le bruit des bombes".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/09/97001-20140809FILWWW00130-gaza-des-milliers-de-manifestants-a-paris.php
- «Nous soutenons la Palestine, tout en étant français», Amandine Cailhol (Libération) - "Pendant près de trois heures, les messages de paix des uns ont croisé les appels à la résistance d’autres militants. «Boycott Israël», mais aussi «Hamas résistance, Jihad résistance»" ; "Autre cible des pancartes et slogans : le gouvernement. «Séparation du Crif et de l’etat», «Président pantin», «Hollande, t’es foutu, l’Intifada est dans la rue», tonnent les militants".
http://www.liberation.fr/societe/2014/08/09/nous-soutenons-la-palestine-tout-en-etant-francais_1078231
- Dans la manifestation en soutien à Gaza, le succès des appels au boycott d'Israël, Faïza Zerouala (Le Monde) - "Imen, l'une des animatrices du mouvement BDS France (Boycott, désinvestissement, solidarité), fer de lance du mouvement de boycott lancé en 2009 lors de l'opération Plomb Durci, raconte que depuis un mois leur page Facebook « explose d'encouragements et de demandes »" ; "A l'arrivée aux Invalides, BDS organise un flashmob. Plusieurs militants s'allongent à terre recouverts de draps blancs maculés de ketchup, pour symboliser les victimes palestiniennes".
http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/08/10/dans-la-manifestation-en-soutien-a-gaza-le-succes-des-appels-au-boycott-d-israel_4469637_3224.html

- Manifestation à Paris pour dénoncer les massacres commis par l'EI en Irak (AFP) - "Des centaines de personnes ont manifesté samedi à Paris à l'appel d'associations kurdes pour dénoncer les "massacres" commis par l'Etat islamique (EI) au Kurdistan irakien et appeler la communauté internationale à réagir". Oui, des centaines, soit environ dix fois moins que pour Gaza.
https://fr.news.yahoo.com/manifestation-%C3%A0-paris-d%C3%A9noncer-massacres-commis-lei-irak-201413171.html

Repost 0
Published by Occam - dans Août 2014
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 11:53

gaza-calendar.png

 

- Media pretends to wake up on Gaza coverage...too little, too late (Elder of Ziyon) - "The BBC just published a cautionary article about Gaza, pointing out what bloggers have been saying for weeks" ; "Better late then never? Hardly. After weeks of headlines blaring "indiscriminate bombings" and photos of dead babies, the world has been conditioned to believe Israel is evil and murders children wantonly. Even if there was a month of headlines showing that the original assumptions were wrong, it is too late - people internalize the first thing they read and it is very difficult to dislodge them of their initial beliefs. The world has already been brainwashed by news media that made sweeping, false generalizations and tugged on heartstrings to take IDF actions way, way out of context".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/08/media-pretends-to-wake-up-on-gaza.html

Repost 0
Published by Occam - dans Août 2014
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 11:52
Protective Edge

- Tirs de roquettes de Gaza sur Israël à la fin de la trêve, Nidal al-Mughrabi (Reuters)
https://fr.news.yahoo.com/les-tirs-roquettes-reprennent-gaza-sur-isra%C3%ABl-052651493.html
   "Les tirs palestiniens de roquettes ont repris sur Israël à partir de la bande de Gaza vendredi matin, les négociations en cours au Caire n'ayant pas permis de parvenir à un accord de prolongation de la trêve de 72 heures. Les sirènes d'alerte ont résonné dans le sud d'Israël, a annoncé la police, tandis que le système antimissile "Dôme de fer" interceptait une roquette au-dessus de la ville d'Ashkelon dans le sud d'Israël. "Après le cessez-le-feu de 72 heures, le Hamas a repris ses tirs de roquette aveugles sur Israël. Au moins cinq roquettes lancées, une interceptée au-dessus d'Ashkelon", a déclaré un porte-parole de l'armée israélienne sur Twitter.
    Israël avait auparavant indiqué être prêt à une prolongation de la trêve alors que les médiateurs égyptiens poursuivaient les discussions entre Israéliens et Palestiniens au Caire visant à élaborer une paix durable dans l'enclave palestinienne ravagée par près d'un mois de guerre. Les Palestiniens ne sont pas d'accord pour prolonger la trêve mais poursuivront les négociations au Caire, a déclaré un porte-parole du Hamas. Les groupes palestiniens présents aux négociations auraient souhaité qu'Israël donne son accord de principe à leurs exigences. Ils demandent notamment une levée du blocus auquel est soumise la bande de Gaza de la part d'Israël et de l'Egypte, la libération d'un certain nombre de prisonniers et l'ouverture d'un port. [...]
    Israël a également fait comprendre qu'il répondrait en cas d'attaque et laissé entendre, par la voix d'un de ses ministres, que l'Etat juif pourrait reprendre le contrôle de la bande de Gaza pour renverser le Hamas au pouvoir. "Israël aura recours à la force si le Hamas reprend ses tirs et, à mon avis, nous aurons, cette fois, à envisager sérieusement, bien que sans enthousiasme, la possibilité de prendre le contrôle de la bande de Gaza de façon à renverser le régime du Hamas", a déclaré le ministre des Affaires stratégiques Yuval Steinitz à la radio de l'armée. [...]"
- Gaza : Israël reprend ses opérations militaires contre le Hamas (AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/08/97001-20140808FILWWW00075-gaza-israel-reprend-ses-operations-militaires-contre-le-hamas.php
   "L'armée israélienne a annoncé aujourd'hui avoir repris ses frappes contre le Hamas après la reprise des tirs de roquettes de la bande de Gaza à l'expiration d'un cessez-le-feu bilatéral. "Ce [vendredi] matin, après la reprise des tirs de roquettes contre Israël, les forces armées ont ciblé des sites terroristes dans la bande de Gaza", a indiqué l'armée dans un communiqué, peu après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu lui a ordonné de riposter vigoureusement aux nouvelles attaques de Hamas.
    L'armée israélienne a effectué des frappes aériennes et des tirs d'artillerie, mais n'a pas déployé de soldats à l'intérieur de l'enclave palestinienne, a précisé un porte-parole militaire, alors que des témoins et des sources palestiniennes ont fait état de frappes aériennes dans le nord et le centre de la bande de Gaza. Au moins 18 roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël depuis 8h (7h heure de Paris) et l'expiration de ce cessez-le-feu de trois jours, a indiqué l'armée israélienne. Deux ont été interceptées au-dessus d'Ashkelon (sud d'Israël), 14 sont tombées dans des zones non-urbanisées, deux sont retombées dans la bande de Gaza même. [...]"
- Israël dit frapper des "sites terroristes" de Gaza (Reuters) - Tsahal : "Les attaques de roquettes renouvelées sur Israël par les terroristes sont inacceptables, intolérables et à courte vue. La mauvaise décision du Hamas de rompre le cessez-le-feu aura une suite de la part des FDI (Forces de défense israéliennes) ; nous continuerons à frapper le Hamas, ses infrastructures, ses agents et restaurerons la sécurité pour l'Etat d'Israël".
https://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-dit-frapper-des-sites-terroristes-gaza-090010360.html
- Poursuites des combats à Gaza (AFP) - "Israël a lancé plus de 20 raids aériens sur la bande de Gaza ce [samedi] matin tandis que plusieurs roquettes étaient tirées de l'enclave palestinienne sur Israël au deuxième jour de la reprise des combats après une trêve de 72 heures".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/09/97001-20140809FILWWW00045-poursuites-des-combats-a-gaza.php
- Gaza : les combats semblent baisser en intensité (AFP) - "À Gaza, les combats semblaient baisser en intensité samedi matin, après une journée marquée par un déluge de roquettes et de frappes israéliennes ayant fait au moins cinq morts".
http://www.lepoint.fr/monde/gaza-les-combats-semblent-baisser-en-intensite-09-08-2014-1852559_24.php

- Gaza : Israël refuse de négocier sous les bombes (AFP)
http://www.lepoint.fr/monde/gaza-israel-refuse-de-negocier-sous-les-bombes-08-08-2014-1852381_24.php
   "Israël refuse de négocier aussi longtemps que dureront les tirs de roquettes palestiniens contre son territoire, a indiqué vendredi un responsable israélien dans un communiqué. "Israël ne négociera pas sous les bombes", a dit ce responsable sous le couvert de l'anonymat. [...] Selon ce responsable, Israël a dit à l'intercesseur égyptien qu'il était "disposé à prolonger le cessez-le-feu de 72 heures, avant que le Hamas viole la trêve". "C'est lui (le Hamas) qui est responsable des dommages causés aux habitants de Gaza, qui se sert d'eux comme boucliers humains et qui empêche l'aide humanitaire de leur parvenir", a-t-il dit. "Israël continuera à tout faire pour protéger ses citoyens tout en s'efforçant de ne pas faire de mal aux habitants de Gaza", a-t-il dit."
- Gaza : les armes reparlent, sans tuer le dialogue, Marc Henry (Le Figaro) - "Pour sortir de l'impasse, les médias israéliens se sont faits l'écho d'une proposition européenne qui consisterait à créer une route maritime reliant Gaza au port de Larnaca à Chypre. Des contrôleurs européens pourraient inspecter tous les conteneurs au leur départ et à leur arrivée afin de satisfaire les exigences de sécurité israéliennes".
http://www.lefigaro.fr/international/2014/08/08/01003-20140808ARTFIG00327-gaza-les-armes-reparlent-sans-tuer-le-dialogue.php
   " Le Hamas et Israël semblaient prêts, vendredi, à en découdre à nouveau. Au coup de gong, dès 8 heures du matin, au moment précis de l'expiration d'un cessez-le-feu de trois jours, tout a recommencé. Des dizaines de roquettes se sont abattues sur le sud d'Israël. Peu après, l'aviation israélienne a repris ses raids dans la bande de Gaza. Des deux côtés, les menaces ont fusé. Mais, point important, les dizaines de milliers de militaires israéliens déployés le long de la frontière n'ont pas remis pied dans la bande de Gaza, qu'ils avaient évacuée au début de la semaine.
    Le Hamas, ainsi que le Djihad islamique, une organisation encore plus radicale, ont concentré leurs tirs vers des localités israéliennes proches de Gaza, sans viser Tel-Aviv, ce qui n'aurait pas manqué d'être considéré par Benyamin Nétanyahou comme une provocation. [...]
    Des colonnes de Gazaouis en voiture, en charrette ou à pied, les bras encombrés de sacs de nourriture ou de linge, ont repris le chemin des refuges par peur des frappes. Du côté israélien, les habitants du sud du pays ont dû vivre à nouveau au rythme des sirènes d'alertes. Un retour en arrière au goût particulièrement amer. Les médias n'ont pas manqué de rappeler les propos rassurants du général Benny Gantz, le chef d'état-major, qui avait imprudemment appelé mardi les habitants ayant fui les roquettes à «revenir à la maison, à cultiver leurs champs». «L'été est torride, mais l'automne viendra bientôt et, avec lui, la pluie qui lavera la poussière laissée par nos chars», avait ajouté le général sur un ton bucolique. Les militaires ont dû réajuster le tir et réinstaurer par exemple l'interdiction des rassemblements de plus de 500 civils dans les villes situées à moins de 40 kilomètres de la bande de Gaza. [...]
    Le mouvement islamiste veut obtenir la possibilité de construire un port à Gaza, ce qui permettrait de desserrer l'étau du blocus terrestre et maritime imposé par Israël et l'Égypte et, surtout, de ne plus dépendre du bon vouloir de ces deux voisins hostiles. Du côté israélien, il n'est pas question de permettre une telle ouverture au monde. Avec un port, le Hamas pourrait en effet importer librement des armes, des munitions et du matériel de construction pour des tunnels servant à l'infiltration de commandos islamistes en territoire israélien.
    Pour sortir de l'impasse, les médias israéliens se sont faits l'écho d'une proposition européenne qui consisterait à créer une route maritime reliant Gaza au port de Larnaca à Chypre. Des contrôleurs européens pourraient inspecter tous les conteneurs au leur départ et à leur arrivée afin de satisfaire les exigences de sécurité israéliennes. Avigdor Lieberman, le ministre des Affaires étrangères, s'est lui aussi déclaré favorable au déploiement d'inspecteurs européens chargés de contrôler les frontières et importations de la bande de Gaza «en s'inspirant du modèle utilisé au Kosovo». Mais tous ces scénarios impliquent que le Hamas renonce à une partie du pouvoir sans partage qu'il exerce dans la bande de Gaza. Une concession difficile à concevoir pour le mouvement islamiste."

- Gaza Bishop: Hamas fired rockets from church compound (CBN News, Vidéo 2mn57)
https://www.youtube.com/watch?v=eb8BeCfZAko

- «Israël et le Hamas sont tous les deux coupables», Aude Marcovitch (Libération) - "Salmane indique qu’il avait découvert un tunnel, creusé à deux mètres de son usine de briques. «Je suis allé porter plainte à la mairie de Gaza, affirme-t-il. Je ne voulais pas de ça à côté de chez moi, c’était trop dangereux.» Il raconte avoir vu des hommes s’entraîner en passant dans le boyau. Mais la municipalité a balayé sa doléance" ; Salmane : "le Hamas, on ne peut pas vraiment le critiquer ici, mais eux aussi, ils ont leurs torts".
http://www.liberation.fr/monde/2014/08/08/israel-et-le-hamas-sont-tous-les-deux-coupables_1077651
   "«L’usine était là. La maison de mon père ici, sous l’arbre, celle de mon frère par ici. Regardez, ces bouts de murs avec de la céramique, ce sont des morceaux de ma maison qui a été soufflée et déplacée sur toute une longueur. Et là il y avait le tunnel. Alors pour le tunnel, d’accord, ils ont droit de le détruire. Mais pourquoi détruire cette maison ? Pourquoi raser cette usine ? Il n’y a pas de tunnel sous ces maisons, il partait vers l’est, vers Israël.» La barbe courte et blanchie, le visage buriné où les tourments ont laissé de longues traces, Salmane contemple les lambeaux de béton, seuls souvenirs du pâté de maison familial et de l’usine. Dans cette guerre, il a aussi perdu un frère et un neveu.
    Nous sommes à Chajaya, dans l’est de la ville de Gaza, un des quartiers les plus touchés par les violents bombardements de l’armée israélienne. Ici les, obus largués par les F16 ont formé d’immenses cratères, soulevé le sable, et transformé les habitations en squelettes gris qui vomissent du mobilier en charpie et menacent de s’écrouler. La zone se situe à la lisière de la frontière israélienne qu’on voit à quelques centaines de mètre, derrière une butte. Au pied d’une petite colline de sable – on ne sait pas si elle existait avant les bombardements, tant la topographie des lieux a été bouleversée – Salmane indique qu’il avait découvert un tunnel, creusé à deux mètres de son usine de briques. «Je suis allé porter plainte à la mairie de Gaza, affirme-t-il. Je ne voulais pas de ça à côté de chez moi, c’était trop dangereux.» Il raconte avoir vu des hommes s’entraîner en passant dans le boyau. Mais la municipalité a balayé sa doléance. «J’ai même proposé de racheter ce terrain-là, juste à côté du mien, où il y a le tunnel et qui appartient à la ville. Mais ils n’ont rien voulu savoir.» Aujourd’hui, tout n’est plus que ruines et larmes. [...]
    La force de frappe de l’opération «Bordure protectrice», la découverte par Israël de l’ampleur du réseau des tunnels du Hamas – y compris ceux menant directement à son territoire – dont l’éradication est devenue un de ses objectifs militaires centraux, et l’entrée des soldats de Tsahal dans les zones frontalières de l'enclave ont placé Chajaya et l’usine de Salmane au cœur même du marasme de cette guerre. «Israël et le Hamas sont tous les deux coupables, relève l’entrepreneur. Israël n’avait pas à attaquer aussi fort et frapper des maisons qui n’ont rien à voir dans le conflit. Et le Hamas, on ne peut pas vraiment le critiquer ici, mais eux aussi, ils ont leurs torts», ajoute-t-il. Salmane affirme qu’après le conflit, quand les armes se seront enfin tues, il fera deux choses : il reconstruira une autre usine, mais bien loin des zones frontalières. Et il poursuivra la municipalité de Gaza."

- Hamas : Des Gazaouis espions pour Israël tués (Reuters) - "Le responsable anonyme n'a pas précisé combien de personnes avaient ainsi été exécutées".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/07/97001-20140807FILWWW00339-des-gazaouis-espions-pour-israel-tues-hamas.php
   "Le Hamas a annoncé aujourd'hui avoir exécuté plusieurs Palestiniens soupçonnés d'avoir renseigné les troupes israéliennes pendant leur offensive aérienne et terrestre longue de près d'un mois dans la bande de Gaza. "Les espions ont été exécutés après avoir été pris en flagrant délit alors qu'ils donnaient des informations sur les positions de la résistance (ou) qu'ils entravaient la lutte des combattants de la résistance et faisaient échouer des embuscades tendues à l'ennemi", a déclaré un responsable des services de sécurité du Hamas au site internet Al Majd, proche du mouvement islamiste. Le responsable anonyme n'a pas précisé combien de personnes avaient ainsi été exécutées. L'ancien porte-parole du Hamas, Ayman Taha, d'abord arrêté car suspecté d'espionnage pour un pays arabe, ferait partie des exécutés, rapporte le journal palestinien al-Quds. [...]"
- Hamas Executes One of Its Leaders - Then Blames Israel, Khaled Abu Toameh (Gatestone Institute) - "Sources in the Gaza Strip said on Thursday that Taha was executed because Hamas feared he might implicate some of its leaders in many corruption scandals. "The man knew too much about the senior leaders of Hamas." The international media, for its part, will simply endorse the Hamas story because it is more convenient to blame Israel than to get into trouble with a radical Islamist movement that carries out extra-judicial executions".
http://www.gatestoneinstitute.org/4588/ayman-taha

- Bombes à fléchettes : les photos proviennent d’Ukraine et non de Gaza (JSS) - "sur Twitter, il est possible de retrouver une photo de ces fléchettes qui date de mi-juin, en plein conflit russo-ukrainien… Et le tweet affirme que ce sont là les restes d’une bombe lancée sur Slovyansk".
http://jssnews.com/2014/08/08/bombes-a-flechettes-les-photos-proviennent-dukraine-et-non-de-gaza/


Israël

- Netanyahou : "Israël n'a rien contre les Gazaouis" (AFP)
http://www.lepoint.fr/monde/netanyahu-israel-n-a-rien-contre-les-gazaouis-07-08-2014-1852255_24.php
   "Israël n'a "rien contre le peuple de Gaza" et veut l'aider à se débarrasser de la "tyrannie" du Hamas, a affirmé jeudi le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou sur la chaîne américaine Fox News. "Je ne suis pas sûr que la bataille soit terminée", a-t-il dit, près d'un mois après le début de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza. "Je pense qu'on a amoindri significativement les capacités du Hamas", a-t-il ajouté, notant qu'il restait peut-être des tunnels à découvrir sous la frontière entre Gaza et Israël.
   "Tout dépend s'ils veulent continuer cette bataille. Je pense que nous devons trouver une solution pacifique, si on le peut", a encore déclaré M. Netanyahou à quelques heures de la fin d'un cessez-le-feu censé expirer vendredi matin. "Nous n'avons rien contre le peuple de Gaza. En fait, nous voulons aider le peuple de Gaza, qui souffre sous cette tyrannie effrayante", a-t-il dit. [...]"

- Ex-Shin Bet chief Diskin slams army, government for declaring end to Gaza operation (JP) - ""I'm still trying and failing to understand why the IDF chief of staff and the GOC Southern Command hastened to urge the residents of the Gaza border towns to return to their homes even before the end of the 72-hour cease-fire," Diskin tweeted on Friday. In another tweet, the former Shin Bet chief asks: "Why did we have to announce and demonstrate to Hamas that the operation ended from our point of view even before the cease-fire took hold? Obviously, this invited them to embarrass us this morning"."
http://www.jpost.com/Operation-Protective-Edge/Ex-Shin-Bet-chief-Diskin-slams-army-government-for-prematurely-declaring-end-to-Gaza-op-370533

- Israeli Arab Leader Muhammad Zeidan Supports Hamas: Its Missiles Target the Enemy (Vidéo 2mn32)
https://www.youtube.com/watch?v=xx74uEaS4xE

- Après Gaza, Israël se bat sur le terrain du droit, Marc Henry (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/international/2014/08/07/01003-20140807ARTFIG00322-apres-gaza-israel-se-bat-sur-le-terrain-du-droit.php
   "[...] Une armada d'experts en droit international a été mobilisée par les ministères de la Justice et des Affaires étrangères. Mais, comme le reconnaît Youval Shani, un juriste de l'Université hébraïque de Jérusalem, «notre situation n'est pas brillante». Les responsables israéliens admettent que les images de destructions, de victimes civiles et d'enfants tués ont eu un effet dévastateur dans le monde. La question est désormais de savoir si Israël va accepter de participer à ces enquêtes internationales. Dans le passé, l'État hébreu avait boycotté et interdit l'entrée de son territoire aux membres de l'ONU après une précédente opération à Gaza, lancée fin 2008 [...]
   «Pour la prochaine fois, mieux vaut coopérer, cela ne peut pas être pire», estime Yaakov Turkel, un ancien juge auteur d'un rapport israélien sur l'arraisonnement en 2010 d'une flottille d'activistes propalestiniens au large de Gaza, qui avait coûté la vie à dix passagers turcs. «Pour Gaza, nous avons un dossier solide, il n'y a pas lieu de paniquer», plaide-t-il. Le ministère des Affaires étrangères estime en revanche qu'Israël accorderait une légitimité imméritée à ce genre de commission internationale, qui considère a priori Israël «comme coupable de tout»."


Analyses & Points de vue

- L’animosité entre l’Egypte et le Hamas limite les espoirs d’un cessez-le-feu (Times of Israel) - "contrairement à l’Egypte, les autorités israéliennes n’ont jamais fermé les passages à Gaza tout au long de l’opération Bordure protectrice. Même lorsque les mortiers tombaient sur le passage d’Erez au nord (utilisé pour un trafic piéton) et dans le passage du sud de Kerem Shalom (utilisé pour les produits), les camions ont continué à entrer dans la bande et les passagers ont continué à entrer et à sortir du territoire".
http://fr.timesofisrael.com/lanimosite-entre-legypte-et-le-hamas-limite-les-espoirs-dun-cessez-le-feu/
   "[...] Israël voudrait que Gaza dépende plus de l’Egypte pour subvenir à ses besoins. La Coordination des activités du gouvernement dans les Territoires (COGAT), la branche de l’armée traitant avec les affaires palestiniennes civiles, n’est pas satisfaite de l’actuel « monopole » israélien sur l’entrée des marchandises et des produits de consommation dans la bande à travers le passage de Kerem Shalom, selon les informations de sources officielles fournies au Times of Israel. Pourtant, l’Egypte est réticente à changer sa politique actuelle de fermeture, tout comme elle ne souhaite pas discuter le développement du point de passage de Rafah pour permettre une utilisation commerciale.
    Qais Abdul Karim, un membre de l’équipe palestinienne des négociations au Caire pour la Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP), a déclaré au Hamas mercredi que la question de l’ouverture du passage de Rafah avait été retirée du programme des négociations au Caire. Le Hamas a présenté le refus de discuter de Rafah comme une décision égypte injuste. Citant une « source fiable », le quotidien du Hamas Al-Resalah a annoncé jeudi que l’Egypte avait informé les factions palestiniennes au Caire de sa décision d’exclure la question du passage de Rafah des négociations. « La partie égyptienne a refusé de considérer la fermeture des passages comme faisant partie du siège imposé sur Gaza », a déclaré la source d’Al-Resalah, ajoutant que l’Egypte serait prête à réactiver le passage « dès qu’il serait passé sous le contrôle de l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas et du gouvernement d’union ». « En refusant de considérer la passage de Rafah comme faisant partie du siège, les Egyptiens ne veulent clairement pas lever le siège complètement ou partiellement », a accusé Al-Resalah.
    Selon toute évidence, l’Egypte ne se considère pas comme un élément de la solution de la crise à Gaza. Interrogé mercredi sur la vision du Caire quant à l’issue des négociations, le ministre des Affaires étrangères égyptien Sameh Shukri a parlé du besoin de reconstruire Gaza et de fournir une aide humanitaire à sa population, et « pour les autorités israéliennes d’ouvrir les passages et de lever le siège ».
    Malgré cela, contrairement à l’Egypte, les autorités israéliennes n’ont jamais fermé les passages à Gaza tout au long de l’opération Bordure protectrice. Même lorsque les mortiers tombaient sur le passage d’Erez au nord (utilisé pour un trafic piéton) et dans le passage du sud de Kerem Shalom (utilisé pour les produits), les camions ont continué à entrer dans la bande et les passagers ont continué à entrer et à sortir du territoire. Selon la COGAT, plus de 1 500 camions chargés de produits et de médicaments sont entrés dans la bande de Gaza depuis le 8 juillet, lorsque l’opération a commencé. Plus de 3 000 civils ont traversé par Erez dans les deux directions, près de 1 000 d’entre eux pour des raisons médicales. [...]
    Il y a une question bien plus large en jeu ici, à savoir le futur des relations de l’Egypte avec le Hamas. A sa frontière, l’Egypte voudrait traiter uniquement avec Abbas et l’Autorité palestinienne, jamais avec leurs rivaux islamistes. Interrogées pour savoir si l’Egypte considérerait coopérer avec l’organisation palestinienne (après l’avoir qualifiée d’organisation terroriste en mars), les sources égyptiennes ont déclaré à A-Sharq Al-Awsat jeudi qu’il « est beaucoup trop tôt pour discuter de ce sujet » qui pourrait avoir un impact négatif sur les négociations de cessez-le-feu.
    Le Hamas, de son côté, semblait jeudi lassé de la médiation égyptienne, continuant à se tourner vers la Turquie et le Qatar comme des acteurs alternatifs si les négociations au Caire échouaient. « Malgré la position égyptienne, qui traite négativement les demandes des factions [palestiniennes], les observateurs croient que sa position pourrait changer à cause de l’insistance des représentants du Hamas sur les exigences palestiniennes, tout particulièrement en considérant qu’il y a d’autres médiateurs, la Turquie et le Qatar, prêts à prendre un rôle alternatif si les négociations au Caire échouaient », pouvait-on lire dans Al-Resalah, le journal du Hamas. [...]"

- How Israel was seduced by deceptive calm in Hamas’s Gaza, Avi Issacharoff (Times of Israel) - "The Netanyahu government preferred to ignore the tunneling and rocket-production as it sought ‘quiet above all’. Is it about to repeat the mistake?"
http://www.timesofisrael.com/how-israel-was-seduced-by-deceptive-calm-in-hamass-gaza/
   "[...] It may be that the next few days see Hamas contenting itself with “symbolic” strikes, largely on the south, to show the Gaza public that it has not been broken. At the same time, it has declared its desire to continue the ceasefire talks in Gaza. It’s first goal for now: To defy Egypt’s framework, which conditions talks on a cessation of hostilities. Israel’s formal response: It won’t talk while the rockets are flying.
    Hamas’s second goal is to get a seaport opened in Gaza. The spokesmen of its military wing are insisting there’ll be no long-standing ceasefire without it. Why the insistence on a seaport? As a symbol that the blockade has been broken. Even if such a port were overseen by international officials or the Palestinian Authority, Hamas would portray it as a breakthrough, a real achievement that justified the past month’s death and devastation. And also as a link to the outside world that does not pass through Egypt. Even if Hamas were to negotiate a ceasefire deal that saw the reopening of the Rafah border crossing, it would still be dependent on the Egyptians there; not so with a port (although Israel, of course, could always control access from the sea).
    If, when, whenever, a more lasting ceasefire agreement can be forged, however, it seems unlikely that much of real substance will change. Both Netanyahu and Hamas may want a period of real quiet, but nothing more than that. Neither wants a serious peace agreement that would require substantive concessions. Neither, least of all Netanyahu, wants a deterioration into full-scale war.
    From the moment he returned to office in 2009, Netanyahu has led Israel based on one clear strategy: quiet. Not peace, heaven forbid. And not war. Just general, unassuming calm, that would allow his government to survive and wouldn’t require him to take difficult political or diplomatic decisions. The policies that Netanyahu and his associates have followed assume that while there is no solution to the Palestinian issue, it can be managed. The commander’s intent, as signaled by the Prime Minister’s Office, also influenced the defense establishment, which sought to maintain quiet with the Palestinians in the West Bank by almost every possible means: occasional concessions, maintenance of security cooperation with the PA, and the minimizing of friction with the local Palestinian population. [...]"

- Civils ou combattants ? Pourquoi il faut se méfier des statistiques des morts à Gaza telles qu'elles sont données actuellement, Eric Leser (Slate) - "on peut regarder le passé et les chiffres venus de l’ONU et du Hamas à la suite de l’offensive israélienne Plomb durci à Gaza de décembre 2008-janvier 2009. Les chiffres «officiels» venant de Gaza faisaient état de seulement 50 combattants tués. Le Hamas a reconnu des années plus tard que ce chiffre était en fait compris entre 600 et 700…"
http://www.slate.fr/story/90773/gaza-statistiques-morts-fausses
   "«Nous ne savons pas aujourd’hui combien de morts à Gaza sont des civils et combien sont des combattants… cela signifie que certaines conclusions tirées sont prématurées», écrit la BBC, pourtant en général plus proche des thèses du Hamas que de celles d’Israël. Le média public britannique met ainsi en garde contre les statistiques dites officielles de morts et de blessés à Gaza qui sont manipulées par le Hamas.
    La quasi-totalité des médias font ainsi état de chiffres de pertes communiqués par le bureau du Haut commissaire des Nations unies aux droits de l’homme (OHCHR) qui coordonne un groupe d’organisations humanitaires. Son rapport en date du 6 août fait état de 1.843 Palestiniens tués, 66 Israéliens et un Thaïlandais depuis le lancement de l’opération Bordure Protectrice le 8 juillet. Toujours selon ces chiffres, 1.354 Palestiniens étaient des civils dont 415 enfants et 214 femmes. «Si les attaques israéliennes étaient indiscriminées comme le dit le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, il est difficile d’expliquer pourquoi ils ont tué beaucoup plus d’hommes civils que de femmes», souligne la BBC.
    Une analyse faite par le New York Times et portant sur les noms de 1.431 morts à Gaza montre «que la population qui a le plus de probabilité d’être des combattants, les hommes âgés de 20 ans à 29 ans, est aussi la plus surreprésentée dans le total des morts. Ils sont 9% des 1,7 million d’habitants de Gaza mais 34% des tués dont l’âge est donné. Dans le même temps, les femmes et les enfants de moins de 15 ans, ceux qui ne sont pas des cibles légitimes, représentent 71% de la population de Gaza et 33% des pertes dont les âges sont connus».
    La plupart des médias mettent en avant le ratio entre civils et combattants tués par l'armée israélienne. Mais les chiffres donnés sont très certainement faux. Un porte-parole de l’armée israélienne, le capitaine Eytan Buchman, explique à la BBC «que les chiffres de l’ONU (des pertes) sont, très largement, basés sur ceux du ministère de la Santé de Gaza qui est contrôlé par le Hamas». Il ajoute qu’une des raisons pour lesquelles le nombre de combattants est sous-estimé tient au fait «que quand les combattants sont amenés dans les hôpitaux, ils le sont en vêtements civils…»
    Pour finir, on peut regarder le passé et les chiffres venus de l’ONU et du Hamas à la suite de l’offensive israélienne Plomb durci à Gaza de décembre 2008-janvier 2009. Les chiffres «officiels» venant de Gaza faisaient état de seulement 50 combattants tués. Le Hamas a reconnu des années plus tard que ce chiffre était en fait compris entre 600 et 700…"

- Hamas' Phony Statistics on Civilian Deaths, Alan M. Dershowitz (Felix Frankfurter Professor of Law at Harvard Law School) - "Several years ago I came up with a concept which I call, the "continuum of civilianality"—an inelegant phrase that is intended to convey the reality that who is a civilian and who is a combatant is often a matter of degree".
http://www.gatestoneinstitute.org/4585/hamas-phony-statistics-on-civilian-deaths
   "It's a mystery why so many in the media accept as gospel Hamas-supplied figures on the number of civilians killed in the recent war. Hamas claims that of the more than 1800 Palestinians killed close to 90% were civilians. Israel, on the other hand, says that close to half of them were combatants. The objective facts support a number much closer to Israel's than to Hamas'.
    Even human rights group antagonistic to Israel acknowledge, according to a New York Times report, that Hamas probably counts among the "civilians killed by Israel" the following groups: Palestinians killed by Hamas as collaborators; Palestinians killed through domestic violence; Palestinians killed by errant Hamas rockets or mortars; and Palestinians who died naturally during the conflict. I wonder if Hamas also included the reported 162 children who died while performing child slave labor in building their terror tunnels. Hamas also defines combatants to include only armed fighters who were killed while fighting Israelis. They exclude Hamas supporters who build tunnels, who allow their homes to be used to store and fire rockets, Hamas policemen, members of the Hamas political wing and others who work hand in hand with the armed terrorists.
    Several years ago I came up with a concept which I call, the "continuum of civilianality"—an inelegant phrase that is intended to convey the reality that who is a civilian and who is a combatant is often a matter of degree. Clearly every child below the age in which he or she is capable of assisting Hamas is a civilian. Clearly every Hamas fighter who fires rockets, bears arms, or operates in the tunnels is a combatant. Between these extremes lie a wide range of people, some of whom are closer to the civilian end, many of whom who are closer to the combatant end. The law of war has not established a clear line between combatants and civilians, especially in the context of urban warfare where people carry guns at night and bake bread during the day, or fire rockets during the day and go back home to sleep with their families at night. (Interestingly the Israeli Supreme Court has tried to devise a functional definition of combatants in the murky context of urban guerrilla warfare.)
    Data published by the New York Times strongly suggest that a very large number—perhaps a majority—of those killed are closer to the combatant end of the continuum than to the civilian end. First of all, the vast majority of those killed have been male rather than female. In an Islamic society, males are far more likely to be combatants than females. Second, most of those killed are within the age range (15-40) that are likely to be combatants. The vast majority of these are male as well. The number of people over 60 who have been killed is infinitesimal. The number of children below the age of 15 is also relatively small, although their pictures have been shown more frequently than others. In other words, the genders and ages of those killed are not representative of the general population of Gaza. It is far more representative of the genders and ages of combatants. These data strongly suggest that a very large percentage of Palestinians killed are on the combatant side of the continuum.
    They also prove, as if any proof were necessary to unbiased eyes, that Israel did not target civilians randomly. If it had, the dead would be representative of the Gaza population in general, rather than of the subgroups most closely identified with combatants.
    The media should immediately stop using Hamas-approved statistics, which in the past have proved to be extremely unreliable. Instead, they should try to document, independently, the nature of each person killed and describe their age, gender, occupation, affiliation with Hamas and other objective factors relevant to their status as a combatant, non-combatant or someone in the middle. It is lazy and dangerous for the media to rely on Hamas-approved propaganda figures. In fact, when the infamous Goldstone Report falsely stated that the vast majority of people killed in Operation Cast Lead were civilians and not Hamas fighters, many in Gaza complained to Hamas. They accused Hamas of cowardice for allowing so many civilians to be killed while protecting their own fighters. As a result of these complaints, Hamas was forced to tell the truth: namely that many more of those killed were actually Hamas fighters or armed policemen. It is likely that Hamas will make a similar "correction" with regard to this conflict. But that correction will not be covered by the media, as the prior correction was not.
    The headline—"Most of those killed by Israel were children, women and the elderly"—will continue to be the conventional wisdom, despite its factual falsity. Unless it is corrected, Hamas will continue with its "dead baby strategy" and more people on both sides will die."

- The Murkiness of Gaza Casualty Figures: One Case Study (CAMERA) - "There is no way to know from the information now available. The uncertainty in this incident underscores the difficulty in ascertaining the truth about Hamas casualties. In the meantime, we wait for the Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center to finish off its own list of Gaza's casualties, at which point we will likely learn more about this particular case".
http://www.camera.org/index.asp?x_context=9999&x_article=2808

- How Hamas Deliberately Created a Humanitarian Crisis in Gaza, Evelyn Gordon (Commentary) - "Hamas and other terrorist groups subjected Kerem Shalom to relentless rocket and mortar fire throughout the 29-day conflict, thereby ensuring that the job of getting cargo through was constantly interrupted as crossing workers raced for cover".
http://www.commentarymagazine.com/2014/08/06/how-hamas-deliberately-created-a-humanitarian-crisis-in-gaza/
   "There has been a lot of talk lately about the humanitarian crisis in Gaza. What has gone curiously unmentioned by all the great humanitarians from the UN and “human rights” groups, however, is the degree to which this crisis was deliberately fomented by Hamas: Aside from starting the war to begin with, Hamas has done its level best to deprive Gazans of everything from food to medical care to housing, despite Israel’s best efforts to provide them.
    Take, for instance, the widely reported shortages of medicines and various other essentials. Many of these products are imported, and since Egypt has largely closed its border, Gaza has only one conduit for these vital imports: the Kerem Shalom crossing into Israel. Thus if Gaza’s Hamas government had any concern whatsoever for its citizens, ensuring that this crossing was kept open and could function at maximum efficiency would be a top priority.
    Instead, Hamas and other terrorist groups subjected Kerem Shalom to relentless rocket and mortar fire throughout the 29-day conflict, thereby ensuring that the job of getting cargo through was constantly interrupted as crossing workers raced for cover. Hamas also launched at least three tunnel attacks near Kerem Shalom, each of which shut the crossing down for hours.
    Despite this, Israeli staffers risked their lives to keep the crossing open and managed to send through 1,491 truckloads of food, 220 truckloads of other humanitarian supplies, and 106 truckloads of medical supplies. But the numbers would certainly have been higher had the nonstop attacks not kept disrupting operations. On August 1, for instance, a shipment comprising 91 truckloads of aid had to be aborted on when Hamas violated a humanitarian cease-fire by launching a massive attack near Kerem Shalom.
    Then there’s the shortage of medical care, as Gaza’s hospitals were reportedly overwhelmed by the influx of Palestinian casualties. To relieve this pressure, Israel allowed some Palestinians into Israel for treatment and also set up a field hospital on the Gaza border. But throughout the war, the field hospital stood almost empty–which Israel says is because Hamas deliberately kept Palestinians from using it. [...]
    Then, of course, there’s the dire electricity shortage–also courtesy in part of Hamas, which destroyed two power lines carrying electricity from Israel to Gaza and subsequently prevented their repair by shelling the area nonstop.
    Finally, there’s the massive destruction of houses in Gaza, which has left thousands of families homeless. That, too, was largely courtesy of Hamas: It booby-trapped houses and other civilian buildings, like a UNRWA clinic, on a massive scale and also used such buildings to store rockets and explosives.
    Sometimes, it blew up these buildings itself in an effort to kill Israeli soldiers. Other times, the buildings blew up when relatively light Israeli ammunition like mortar shells–which aren’t powerful enough to destroy a building on their own–caused the booby traps or stored rockets to detonate. As Prof. Gregory Rose aptly noted, Hamas effectively turned all of Gaza into one big suicide bomb. In one neighborhood, for instance, 19 out of 28 houses were either booby-trapped, storing rockets, or concealing a tunnel entrance, thereby ensuring their destruction.
    Now, the organization is gleefully watching the world blame Israel for the humanitarian crisis Hamas itself created. And that gives it every incentive to repeat these tactics in the future."

- S.E. Cupp recalls the true objectives of Hamas on CNN (CNN, Vidéo 4mn02)
https://www.youtube.com/watch?v=KrVtYsdj54M
   "[...] Cupp began by saying that the media treats Hamas like a “political organization” with reasonable demands instead of focusing on their “true objectives, which are the total destruction of Israel and annihilation of the Jews.” “So for media reports to omit that and just talk about the political demands seems like a real glaring example of either bias or a Hamas victory on the PR front,” Cupp said. Playing devil’s advocate, Baldwin said the “flip side” of Cupp’s argument is that Israel has been shooting missiles at Gaza that have killed hundreds of civilians. “It’s not a bias to reflect sympathetically on deaths of innocent Palestinians,” Cupp said. Instead, she said it’s the “omission” of Hamas’ goals that bothered her. “Imagine if we were doing a news report, you and I, on what Hitler wanted,” she said. “And we said, well, he very much wanted to annex Poland and parts of Russia.” While that may be “factually correct,” it leaves out the important point that he “also wanted to kill a lot of Jews.” Ultimately, she said by failing to mention Hamas’ charter, the media is creating a “moral equivalency” between Hamas and Israel that just doesn’t exist."

- Reporter: Gazans only want us to show damage, not shooting, Lahav Harkov (JP) - "A fighter inside Gaza city threatened to shoot me in the head if I didn't stop taking pictures of a group of cars with tarp-covered trunks parked behind a building".
http://www.jpost.com/Operation-Protective-Edge/Reporter-Gazans-only-want-us-to-show-damage-not-shooting-370456
   "In recent weeks, there has been much discussion about whether or not reporting by foreign press in Gaza can be trusted, due to accounts – some confirmed, some denied – of Hamas threatening and intimidating reporting. The Jerusalem Post attempted on Thursday to contact ten journalists who reported from Gaza in recent weeks. Of the few who responded most declined to be interviewed, even on condition of anonymity, as they plan to return to Gaza to report.
    Christian Stephen, founder of "Freelance Society," a media company specializing in hostile environments and conflict zones, which sub-contracts for The Economist, VICE, Vocativ and other press outlets, agreed to discuss his experience reporting from Gaza, because he is in Israel and heading to Iraq in nine days. "Hamas can't get me there," he quipped.
    Stephen is originally from London, but divides his time between his hometown, Jerusalem, Los Angeles and New York. For the past four weeks, Stephen was based out of Gaza City, Erez, Jerusalem, Sderot, Netivot and Ashdod,  where he covered shelling and rocket attacks from both sides and spent time with IDF soldiers and Hamas fighters. He answered questions from The Jerusalem Post via e-mail from the Israel-Lebanon border, where he is covering the possibility of Hezbollah tunneling into Israel. Stephen's answers are provided in full below.
    - The Jerusalem Post: Have you been able to take photographs of Hamas fighters or rocket launchers? If not, why not? If yes, can you show us an example?
    - Christian Stephen: Unfortunately, I don't have any shots for you. I saw a good amount of buildings releasing rocket fire towards Israel. However, the fighters were more or less ghosts in living rooms. Not to mention the fact that on more than one occasion of venturing towards a possible Hamas spot, by the time we got there the building was dust, rubble and bodies.
    - JP: How would you assess the conditions for foreign journalists in Gaza?
    - CS: The conditions within Gaza are as good as can be expected from a densely populated area being bombarded. As far as the access inside, there's a definite sense of urgency for fixers and civilians to display the situation, for absurdly obvious reasons. Without being political (if it's possible in this arena), regardless of motivations for each sides actions, the situation on the ground is a humanitarian apocalypse consisting of buildings becoming time bombs, the streets becoming morgue runways and the limbs of the dead and the dying marking the street stops. If you put aside the politics, it's a chronologically challenged mass grave with both sides to blame. So as far as conditions go for foreign journalists, the fact that a press card is sitting snugly in your pocket doesn't change the fact that it's a hellhole.
    - JP: Have you faced any threats or intimidation from Hamas or Israel?
    - CS: A fighter inside Gaza city threatened to shoot me in the head if I didn't stop taking pictures of a group of cars with tarp-covered trunks parked behind a building. Another young guy near the outskirts of the city was waving an old handgun around screaming at me because he wanted me to take a picture of the dead boy on the ground next to us under the rubble of a building. He was screaming "This is our hell! This is our hell!" After a minute or so he sat down and kept murmuring the same words in Arabic. It's a dichotomy of them needing the situation to be seen, as long as you only show the damage and not the retaliatory measures.
    As for the Israeli side, near Netivot there was a firefight near a Kibbutzim. Hamas fighters had come from under the wire through tunnels. An officer tried to take my camera away after the fact, however, instead they insisted I wouldn't be released until I gave them my SD cards. He argued on the grounds that I was there illegally, although they had been more than happy to smoke and chat beforehand. The cards were destroyed and I was taken away to a nearby petrol station. These are obviously isolated incidents, although infuriating nonetheless. [...]"


France

- Gaza : de nouvelles manifestations partout en France samedi (AFP)
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/gaza-de-nouvelles-manifestations-partout-en-france-samedi_1564960.html
   "La mobilisation en faveur des Palestiniens ne s'essouffle pas. Samedi à Paris, une manifestation autorisée partira à 15h00 de Denfert-Rochereau et s'achèvera aux Invalides, à l'appel du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, comme samedi dernier. Les mots d'ordre restent notamment l'arrêt de l'"agression israélienne" et la "levée du blocus, illégal et criminel, de Gaza". Parmi les organisateurs figurent l'association France Palestine solidarité, le Parti communiste, les Verts, et l'Union générale des étudiants de Palestine.
    A la même heure, d'autres rassemblements débuteront à Marseille, Strasbourg, Lille, Lyon, mais aussi Dijon, Nantes, Angers, Orléans, Quimper, Vannes et Châlons-en-Champagne. A Toulouse, les manifestants ont rendez vous vendredi à 18h30, à l'initiative notamment du Collectif Palestine Libre et du PCF. Samedi dernier, plus de 11 500 manifestants avaient défilé sans incident majeur à Paris et dans de nombreuses autres villes pour dénoncer l'offensive israélienne et la position du gouvernement français dans ce conflit."

- Gaza : l'opinion française réservée (AFP) - "chez les sympathisants de gauche, 28% expriment une sympathie avec les Palestiniens, contre 6% avec Israël. A droite, les préférences s'inversent: 14% manifestent une sympathie avec Israël, 13% avec les Palestiniens".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/09/97001-20140809FILWWW00047-gaza-l-opinion-francaise-reservee.php

- Juifs de France : pourquoi ils partent en Israël, Marie Lemonnier (Nouvel Observateur) - Natan Sharansky : "Quand des rabbins et des enseignants commencent à dire aux enfants de ne pas sortir avec une kippa dans la rue, l'heure est grave". Denis Charbit : "Depuis 2000 et la seconde Intifada, les juifs de la communauté organisée se sentent en porte-à-faux avec l'opinion française sur la question israélo-palestinienne. A cela se sont ajoutés l'assassinat d'Ilan Halimi en 2006, la tuerie de Toulouse en 2012, l'affaire Dieudonné, la tuerie de Bruxelles... [...] C'est une sorte de patriotisme ombrageux, un peu excessif qui se reporte sur Israël et aboutit à ce paradoxe : certains se sentent plus en sécurité dans un pays en guerre qu'en France où ils pensent que les autorités n'ont plus la capacité de les protéger. Ils se sentent pris en tenaille entre un FN qui grimpe, une extrême gauche contestatrice d'Israël et une minorité de musulmans antijuifs".
http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20140730.OBS5054/juifs-de-france-pourquoi-ils-partent-en-israel.html

- Diam's soutient ses "frères Palestiniens" (Nouvel Observateur) - "Le message date du 28 juillet mais n'a été remarqué qu'en ce début de semaine : Diam's a posté sur Facebook un soutien à la Palestine, à "ses frères et ses soeurs"."
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1230346-israel-palestine-diam-s-soutient-ses-freres-palestiniens-est-elle-dans-son-role.html

- Interview de B. Nétanyahou (iTélé, Vidéo 12mn33)
http://www.itele.fr/monde/video/interview-exclusive-de-benjamin-netanyahu-sur-itele-90145
   "Benjamin Netanyahu a choisi i>TELE pour donner sa première interview à un média français. Le Premier ministre israélien était interrogé aujourd’hui par notre envoyée spéciale Laurence Haim au sujet du conflit israélo-palestinien, après un mois d'opération militaire dans la bande de Gaza."

- Israël et les médias du monde, Maurice-Ruben Hayoun (Spécialiste de la philosophie médiévale) - "Dès l'instant où [en 1967] Israël ruinait les stéréotypes du monde chrétien où le juif était persécuté, livré pieds et poings liés à l'arbitraire de ses cruels persécuteurs et tourmenteurs, toutes ces représentations, héritées du Moyen Age et aussi du milieu du XXe siècle, disparurent pour donner naissance à des conceptions aux antipodes des précédentes. Dans l'imagerie chrétienne du combat symbolique de David contre Goliath, les rôles s'inversèrent : David devenait le méchant et ce sont les Palestiniens qui revêtaient les atours des persécutés. Et fait incroyable, les Israéliens symbolisaient la violence aveugle et jouaient le rôle fâcheux de l'agresseur".
http://www.huffingtonpost.fr/mauriceruben-hayoun/medias-contre-israel_b_5657702.html


Europe

- Ukraine : combats à Donetsk (AFP) - "Un obus est tombé jeudi sur un hôpital, faisant un mort et deux blessés".
https://fr.news.yahoo.com/ukraine-premi%C3%A8re-frappe-a%C3%A9rienne-%C3%A0-donetsk-victimes-civiles-084402505.html
- Ukraine : la désolation après un bombardement sur Donetsk (Vidéo AFP) - "Des cratères dans le bitume, des fenêtres et des toits soufflés : la première frappe aérienne sur Donetsk, le fief des rebelles dans l'est de l'Ukraine, dans la nuit de mardi à mercredi, a laissé son lot de destruction, et des habitants traumatisés".
http://www.lemonde.fr/europe/video/2014/08/07/ukraine-la-desolation-apres-un-bombardement-sur-donetsk_4468151_3214.html

- Why does media obsess about Gaza, sideline Ukraine?, John Redwood (The Commentator) - "I note that the UN says both sides – including  the Ukrainian government – have been shelling areas where civilians are at risk. The UN thinks 1,129 people have died in the fighting between mid April and late July. There are unconfirmed reports of children being killed, of an attack on a retirement home and other atrocities"; "I also find it curious that the media, who give us such graphic reports of the bombs, shells and deaths in Gaza, give us so little about the same problems in the Ukraine where the EU is heavily involved on the side of the Ukrainian government".
http://www.thecommentator.com/article/5150/why_does_media_obsess_about_gaza_sideline_ukraine


USA

- U.S.- jihadist clash in Iraq could change perceptions of Israel’s Gaza campaign, Chemi Shalev (Haaretz) - "Backers of the Israelis and supporters of the Yazidis in Iraq foun
Repost 0
Published by Occam - dans Août 2014
commenter cet article
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 18:42
Protective Edge

- Gaza : Israël accepte de prolonger la trêve sans condition et sans limite (AFP) - "Israël ne voit aucun problème à ce que le cessez-le-feu soit prolongé sans condition".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/06/97001-20140806FILWWW00337-gaza-israel-accepte-de-prolonger-la-treve-au-dela-des-72-heures.php
- Israël prêt à prolonger la trêve, le Hamas nie tout accord (Reuters)
https://fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-pr%C3%AAt-%C3%A0-prolonger-la-tr%C3%AAve-le-hamas-050832715.html
   "Les négociations indirectes entre Israël et le Hamas doivent se poursuivre jeudi au Caire alors que la trêve entrée en vigueur mardi soir tient toujours dans la bande de Gaza et que le gouvernement israélien a fait savoir qu'il était disposé à la prolonger. [...] "Israël s'est dit prêt à prolonger la trêve selon les termes actuels", a déclaré mercredi soir sous couvert d'anonymat un responsable israélien sans préciser la durée d'une éventuelle extension.
    Mais le Hamas a nié qu'un accord ait été conclu sur une prolongation du cessez-le-feu qui expirera vendredi soir. Moussa Abou Marzouk, un responsable de la branche politique du Hamas basé au Caire, où émissaires israéliens et palestiniens tentent de s'entendre sur une cessation durable des hostilités, a réagi sur son compte Twitter en affirmant qu'il n'y avait "pas d'accord" pour prolonger la trêve. "Une extension de la trêve de 72 heures n'a pas fait l'objet de discussions (mercredi au Caire)", a également déclaré Sami Abou Zouhri, le porte-parole du Hamas à Gaza.
    Dans la journée, un commandant des Brigades Ezzedine al Kassam, la branche armée du Hamas, a menacé de mettre fin aux discussions si aucun progrès n'était enregistré tant sur la levée du blocus de Gaza que sur la libération de prisonniers détenus par Israël, l'autre exigence des Palestiniens. "Si les conditions de la résistance ne sont pas respectées, l'équipe de négociateurs quittera Le Caire et ce sera à la résistance, sur le terrain, d'agir", a-t-il dit à Reuters.
    Côté israélien, Mark Regev, porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que "la question la plus importante était celle de la démilitarisation". "Nous devons empêcher le Hamas de se réarmer. Nous devons démilitariser la bande de Gaza", a-t-il dit.
    Sur ce point, le gouvernement israélien a reçu le soutien du secrétaire d'Etat américain John Kerry. "Ce que nous voulons faire, c'est soutenir les Palestiniens et leur envie d'avoir une vie meilleure, de pouvoir ouvrir les points de passage pour que la nourriture puisse entrer, pour reconstruire et avoir une plus grande liberté", a déclaré à la BBC le chef de la diplomatie américaine. "Mais cela doit s'accompagner d'un sens accru des responsabilités à l'égard d'Israël, ce qui signifie renoncer aux roquettes." [...]"
- Le Hamas menace de reprendre ses attaques ; pas d’accord au dernier jour de trêve (Times of Israel) - "Israël accepte une extension de cessez-le-feu, pas le Hamas ; mais celui-ci renonce à ses demandes immédiates d’un aéroport et d’un port maritime ; Obama : pas de sympathie pour le Hamas, mais le blocus de Gaza ne peut pas s’éterniser".
http://fr.timesofisrael.com/le-hamas-menace-de-reprendre-ses-attaques-pas-daccord-au-dernier-jour-de-treve/

- Hamas: We’ll resume attacks Friday morning if blockade not lifted (Times of Israel) - "Thousands demonstrate in Gaza, demand new strikes; Israel says it is poised to respond as needed".
http://www.timesofisrael.com/day-31-israel-okays-ceasefire-extension-hamas-does-not/
- Le Hamas tente de mobiliser à Gaza en appelant à l'intransigeance, Luc Mathieu (Libération)
http://www.liberation.fr/monde/2014/08/07/le-hamas-tente-de-mobiliser-a-gaza-en-appelant-a-l-intransigeance_1077114
   "Le membre du Hamas a beau hurler dans son micro, la foule ne grossit pas. Seules mille à deux milles personnes s’étaient déplacées en début d’après-midi pour participer au premier rassemblement organisé par le mouvement palestinien depuis le cessez-feu entamé mardi. Loin, très loin, des dizaines de milliers qui avaient fêté en novembre 2012 la fin de la précédente guerre, l’opération «Pilier de défense», achevée au bout d’une semaine.
   «Nos négociateurs doivent être forts, ils ne doivent accepter aucune concession, aucun retrait !», crie le membre du Hamas depuis une estrade installée au milieu de l’avenue Omar-el-Mokhtar, la principale de la ville de Gaza. Devant, lui, il y a surtout des drapeaux verts de son mouvement, quelques-uns blancs, de sa branche armée, les brigades Izz al-Din Al-Kassem, et quelques autres noirs, du Jihad islamique. «Résistance, résistance !», hurlent les participants.
    A l’ombre des arbres du terre-plein, Abdallah, un haut fonctionnaire du ministère des Finances, explique les négociations entamées il y a deux jours au Caire semblent «complexes». «Mais Israël doit comprendre que les combattants sont prêts à repasser à l’offensive, ils n’ont même pas quitté leur position. Nous les soutenons et continuerons à les soutenir, même si la guerre reprend, même s’il n’y a plus d’eau, plus d’électricité et que nous n’avons plus de maison.» [...]"

- Reporters grapple with politics, erratic sources in reporting Israeli/Gaza death toll, Paul Farhi (Washington Post)
http://www.washingtonpost.com/lifestyle/style/reporters-grapple-with-politics-erratic-sources-in-reporting-israeligaza-death-toll/2014/08/04/c02ab282-1c10-11e4-ae54-0cfe1f974f8a_story.html
   "How many people have been killed in Gaza and in Israel since the conflict between Hamas and Israel’s military began in early July? And who are the dead? As in any war zone, with its chaos and fast-moving events, the answers are difficult to know with precision. And as in any war zone, the answers emerging in Gaza are colored by charges of propaganda and media manipulation.
    Supporters of Israel say the raw casualty numbers coming from Gaza are suspect, both in size and in composition. They assert that the sources — the Hamas-controlled health ministry, pro-Palestinian groups, nongovernmental organizations — are partisan and have an incentive to inflate and distort the figures to influence international media accounts, and hence poison world opinion about Israel. Palestinian and non-state organizations counter that they are making a good-faith effort to account for the dead amid difficult circumstances. [...]
    The PCHR said 84 percent of those killed in Gaza were civilians; Israel sharply disputes this figure. An Israeli government official, who spoke on the condition of anonymity, said about half of those killed have been Hamas combatants, and the number could rise once Israeli intelligence sources vet all of names of those killed. This higher figure is consistent, he said, with what Israeli officials found in after-action investigations into Israel’s two most recent operations in Gaza, in late 2012 and in 2008-2009.
    The most widely quoted media source on casualties in Gaza is the health minister, Ashraf al-Kidra, who gathers his numbers from local hospitals in real time. Kidra, whose main office is at Al Shifa Hospital in Gaza City, generates his figures with the help of aides who sit in front of computers with phones and lists. One reporter describes Kidra, who produced casualty counts in the two previous Gaza conflicts, as “the only game in town.”
    But keeping up with the dead and injured isn’t easy amid the chaos in Gaza. At least some of the dead never go to a morgue and are never officially recorded; the intermittent bombardment compels families to bury their relatives as soon as possible. Reporters have described frantic scenes in morgues, with workers scribbling notes on pads as to keep up with incoming and outgoing, with dead and injured left in hallways or courtyards.
    A pro-Israeli group, the Committee for Accuracy in Middle East Reporting in America (CAMERA), last month analyzed two weeks of casualty data released by the PCHR and found that 57 percent of the dead were males between the ages of 17 and 39. While it’s unclear whether these men were actually militants, the disproportionate number of young men of prime fighting age suggests that there may be more combatants among the dead than PCHR and other organizations have acknowledged, concluded Steven Stotsky, a senior analyst for CAMERA. “Journalists have a responsibility to convey this uncertainty to their audiences and not present figures provided by Hamas and Hamas-affiliated sources as unqualified fact,” Stotsky wrote. [...]"

- A reporter explains what it’s like being trapped in the Gaza propaganda war, Sudarsan Raghavan (Washington Post)
http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2014/08/04/a-reporter-explains-what-its-like-being-trapped-in-the-gaza-propaganda-war/
   "I had just arrived outside the shattered remains of a large mosque in central Gaza City last week. It had been pulverized by an Israeli airstrike. There was rubble, glass and metal everywhere. But on a patch of ground in front of the structure, visible for everyone to see, was a small, dusty carpet. On top lay piles of burned, ripped copies of the Koran, Islam’s holy book.  The symbolism was obvious, almost too perfect. It was clear that someone had placed them there to attract sympathy for the Palestinian cause.  A television crew spotted the pile and filmed it. Mission accomplished. [...]
    In Gaza, it’s a different kind of manipulation, more raw, more visceral, and yet at the same time, more subtle than Israel’s media machine.
    Take the attack in the Beach Camp neighborhood of Gaza City last week. Hamas militants blamed an Israeli strike; Israel declared that Hamas accidentally fired a mortar into the neighborhood. Children had died. In the middle of the road, where the kids were killed, was a small pool of blood. At first glance, it evoked a sense of sadness and outrage. As I looked closer, I noticed a child’s slipper in the middle of the blood. The slipper was intact. There were no bloodstains. And next to the slipper, a black plastic toy gun. Again I noticed a television cameraman drawn to this powerful image. I moved on.
    Earlier that day in Shifa Hospital in Gaza City, as the dead and wounded were being rushed into the building, I saw a girl, no older than 7, dressed in a yellow and blue dress, speaking in front of a television camera. “Bring back my brother and father,” she cried, visibly upset. Her mother, seated next to her, whispered into her ear and nudged her. “They were kids,” the girl continued, following her mother’s coaching. “They were just playing. What is their crime, for Israel to target them? They are just kids.”
    A couple of days later, an Israeli airstrike obliterated the home of Hamas leader Ismail Haniyeh. By the time foreign reporters arrived, loyalists had placed his portrait on top of the rubble and firmly planted a green Hamas flag, evoking a sense of defiance."

- 450 news correspondents in Gaza, but very few journalists (Elder of Ziyon) - "over 450 correspondents were in Gaza - and yet almost none of them managed to film a Hamas rocket being launched, or seeing the damage from one falling short, or even any Hamas member, until the ceasefire. None of them reported about Hamas killing "collaborators" and making it look like they were killed by Israel. None of them reported about how Hamas was using the war to injure and eliminate its political rivals - something they've done before. Their reporting, by and large, was only parroting Hamas talking points".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/08/450-news-correspondents-in-gaza-but.html

- NDTV journalist: "How long do we self-censor because of fear" of Hamas? (Elder of Ziyon) - "The NDTV journalist who aired the video of a Hamas rocket being built and fired right next to his hotel room in Gaza has written about the episode, and it proves that most journalists in Gaza deliberately kept the truth from their audience".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/08/ndtv-journalist-how-long-do-we-self.html


Israël

- Gaza : pour Netanyahou, le Hamas est "responsable" des souffrances (AFP) - Nétanyahou répond à un journaliste qui l'accuse de "disproportion" lors de la conférence de presse : “Yes, I think it was justified, I think it was proportional, and that doesn’t in any way take away from the deep regret we have for the loss of a single civilian. Let’s imagine your country is attacked by 3,500 rockets. Your territory is infiltrated by death squads. What would you do? What would you demand that your government do to protect you and your family? You’d demand that and you’d be right because security, protecting the people, is the first obligation of any government. But what if the rockets are fired from civilian areas? And the tunnels come from schools, from mosques, from private houses where civilians live? Should you then not take action? Do the terrorists have immunity because of the fear that some civilians will unfortunately get hurt?”
http://tempsreel.nouvelobs.com/le-conflit-a-gaza/20140806.OBS5702/gaza-pour-netanyahou-le-hamas-est-responsable-des-souffrances.html
   "[...] "Je pense que c'était justifié, je pense que c'était proportionné et cela n'enlève rien au regret profond" ressenti devant les pertes civiles, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. "C'est le Hamas qui est responsable de la destruction et des morts" dans le territoire, a-t-il insisté. Selon lui, "90% des morts de ce conflit" auraient pu être évitées si le Hamas avait accepté plus tôt la proposition égyptienne de trêve, qu'il a fini par accepter. "La tragédie de Gaza, c'est qu'elle est dirigée par le Hamas", a martelé Benjamin Netanyahou. Le Hamas "doit être exclu de la grande famille des nations".
    Le Premier ministre israélien a jugé "important" que l'Autorité palestinienne joue un rôle dans la reconstruction de la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, et dans le contrôle des points de passage. "Nous sommes prêts à les voir jouer un rôle. Je crois que c'est important, pour la reconstruction de Gaza, dans l'acheminement de l'aide humanitaire et sur les questions de sécurité, que nous ayons ces discussions et cette coopération", a-t-il dit. [...]"

- After month of conflict, Netanyahu the politician is as relieved as the reservists he’s sent home (Times of Israel) - "The PM who didn’t ‘finish the job’ emerges from the Gaza war more centrist and more politically secure, with his right-wing rivals muffled".
http://www.timesofisrael.com/after-month-of-conflict-netanyahu-the-politician-is-as-relieved-as-the-reservists-hes-sent-home/

- Le gouvernement israélien accusé d’avoir sous-estimé la menace représentée par les tunnels du Hamas, Hélène Sallon (Le Monde) - « Le prix politique de la gestion de ce problème à la racine était trop élevé pour qu’un homme politique envisage de s’en emparer avant, note l’analyste de l’International Crisis Group, Ofer Zalzberg. Le choix a été fait de laisser les groupes armés développer leurs capacités tant qu’ils n’en faisaient pas usage. »
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/08/07/le-gouvernement-israelien-accuse-d-avoir-sous-estime-la-menace-representee-par-les-tunnels-du-hamas_4468062_3218.html
   "[...] « Le nombre de tunnels que nous avons trouvés correspond aux informations que nous avions avant la confrontation. On ne peut pas dire que 100 % des tunnels ont été trouvés », a indiqué au Monde, mardi 5 août, un officier du renseignement militaire.
    Mais déjà, les Israéliens habitant à la frontière libanaise tendent l’oreille à chaque bruit souterrain pouvant indiquer que le mouvement chiite Hezbollah étend, lui aussi, son réseau sous leurs pieds. « Il est temps de mener une enquête à la frontière nord, qu’on ne se retrouve pas piégés là-bas aussi », a exhorté l’ancien ministre de la défense Shaul Mofaz. Le capitaine Omri ne peut pas s’étendre sur les détails. « Des tunnels ont été trouvés à d’autres frontières », dit-il, dans un sourire entendu.
    Alors que l’opération militaire à Gaza semble toucher à sa fin, l’heure est au bilan critique. Les commentateurs n’ont pas attendu son achèvement pour railler la « découverte soudaine » par le cabinet de sécurité de la menace des tunnels.
    L’infiltration surprise par un tunnel, le 16 juillet, d’un commando de combattants palestiniens près du kibboutz Sufa, au sud-est de la bande de Gaza, avait décidé le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, à lancer une opération terrestre pour mettre fin à cette menace contre l’armée et la population, devenue stratégique en l’espace d’une journée. Celle-ci avait pourtant été clairement établie, dès juin 2006, lors de la capture du caporal Gilad Shalit par un commando du Hamas, qui avait pénétré en Israël par un tunnel.
   « Il est incroyable que l’espionnage israélien ait laissé le problème évoluer d’une faiblesse à une menace monstrueuse en aussi peu de temps qu’il a fallu aux Etats-Unis pour concevoir une mission sur la Lune. Le problème n’est pas le tunnel, mais le mur qui s’est construit dans la tête de ceux qui dirigent les agences de sécurité israéliennes », critique l’expert militaire du quotidien Haaretz, Amir Oren, qui appelle à une mission d’enquête.
    Dès janvier 2005, note-t-il, un rapport complet sur les tunnels existant à la frontière avec Gaza et avec le Liban a été remis à Moshé Yaalon, l’actuel ministre de la défense et alors chef d’état-major, par le colonel de réserve Yossi Langotsky. L’officier du renseignement et géologue avertissait de la menace stratégique représentée par ces tunnels, qui peuvent faire plusieurs kilomètres et plonger à vingt mètres sous terre. Le rapport est resté dans un tiroir, tout comme celui déposé, en 2013, sur le bureau de M. Nétanyahou.
    Le problème, pointent les experts de l’armée, est que leur localisation et destruction complète ne sont possibles que dans le cadre d’une opération terrestre. Les différentes techniques – géologique, sismique, magnétique ou optique – éprouvées jusqu’à présent n’ont pas permis de cartographier l’ensemble du réseau.
    Une fouille, habitation par habitation, est nécessaire pour neutraliser chaque entrée. « Le prix politique de la gestion de ce problème à la racine était trop élevé pour qu’un homme politique envisage de s’en emparer avant, note l’analyste de l’International Crisis Group, Ofer Zalzberg. Le choix a été fait de laisser les groupes armés développer leurs capacités tant qu’ils n’en faisaient pas usage. »
    Certains réclament désormais que le gouvernement investisse dans un système de détection, à l’instar de ce qu’il a fait face aux roquettes avec le système de défense antiaérien « Dôme de fer »."


Analyses & Points de vue

- Penser par temps d’indignation anti-israélienne, André Sénik (professeur agrégé de philosophie) - "Le Hamas laisse le monde entier croire qu’il recourt à la terreur parce qu’elle est l’arme du faible qui proteste contre un blocus injuste et insupportable. Mais qui d’autre que le Hamas porte la responsabilité de ce blocus imposé des deux côtés par l’Égypte et par Israël ? Qu’est-ce que ces deux États frontaliers de Gaza y gagnent, si ce n’est d’empêcher plus d’attentats ?"
http://www.causeur.fr/penser-par-temps-d%E2%80%99indignation-anti-israelienne-28773.html
   "La riposte israélienne a provoqué un désastre humanitaire. Ce fait incontesté a soulevé une indignation quasi-universelle dirigée contre l’intervention israélienne, après qu’il a été reconnu qu’elle était menée en réponse à une agression incontestable.
    Il faut nous efforcer de comprendre l’indignation qui rend Israël coupable aux yeux du monde d’une cruauté démesurée.
Les Israéliens sont jugés unilatéralement coupables parce qu’ils sont les plus forts, et ils sont jugés d’autant plus coupables qu’ils n’ont pas subi des pertes équivalentes à celles qu’ils ont infligées. Cette réaction doit être discutée, mais elle doit d’abord être comprise. Elle doit même être prise en considération en tant que donnée irréductible et prévisible des conflits contemporains du règne de l’image sans décryptage.
    Cela dit, le plus urgent en ce moment est de ne pas laisser tout le pouvoir aux images et à l’émotion. Essayons de penser les soubassements idéologiques de l’émotion, et de les discuter.
    Il est exact que les Israéliens sont les plus forts. Mais sur un plan général, il est faux que les plus forts soient forcément dans leur tort. Il est faux que la justice soit forcément du côté des plus faibles. Il est faux que les forts abusent forcément de leur force. En ce qui concerne les Israéliens, s’ils n’étaient pas les plus forts, et s’ils ne l’avaient pas prouvé par les pertes qu’ils ont infligées à ceux qui veulent leur disparition (et rien de moins), ils auraient tout simplement été éliminés. Quand ils font la guerre pour défendre leur droit à l’existence, ils sont dans leur bon droit. Leur guerre de riposte est une guerre juste du point de vue de son but, du point de vue du jus ad bellum. Le premier devoir moral et politique de l’État d’Israël est de protéger la vie des Juifs, qui ont enfin un État dont ils sont la priorité. Sa supériorité en force est juste, parce qu’elle est la condition absolue de leur juste droit à l’existence.
    Il est exact aussi que les pertes en vies humaines et les dégâts matériels de part et d’autre sont disproportionnés. Mais il est faux que cette disproportion constitue en soi un crime. La disproportion est criminelle dans deux cas. D’abord, quand la riposte à l’agression est disproportionnée au regard du dommage causé par l’agression : il est disproportionné de tuer un voleur de pommes. Sur ce point, les dommages auxquels répond l’intervention israélienne sont la vie et la sécurité des Israéliens, dont le Hamas veut la mort (et rien de moins). Ensuite, est également criminelle par ses conséquences une riposte qui frappe au-delà de ce qu’exigent ses objectifs légitimes. En ce conflit, comme en tout conflit, la question doit effectivement être posée de savoir si l’armée israélienne s’en est tenue – autant que cela est possible dans un conflit de cette nature et dans ce contexte-  à ce qu’exigent ses objectifs légitimes. Sont criminels les responsables de morts non nécessaires et évitables. Un tel jugement suppose des enquêtes impartiales. On ne peut ni affirmer ni exclure a priori que des actions évitables ont été commises délibérément, qui seraient des crimes de guerre. Malraux l’avait bien compris, qui disait qu’il y a des guerres justes mais pas d’armées justes.
    Pour autant, et  en se gardant de tomber dans une vision angélique de l’armée israélienne, on est en droit de demander au reste du monde quelle armée s’est moins mal comportée que l’armée israélienne ? Quelle armée a jamais moins mal respecté le jus in bello ? Où est la preuve historique qu’on peut faire moins mal en défendant sa vie contre un ennemi fanatisé qui veut votre mort, et rien de moins, et qui a besoin de martyrs ?
    Sur ce plan humanitaire, on ne doit pas oublier pourquoi les civils de Gaza n’avaient pas où se réfugier. Quand le Hamas construisait des tunnels et accumulait des missiles iraniens destinés à porter la mort en Israël, ce qui provoquerait inévitablement une riposte, qu’a-t-il prévu pour la population qu’il exposait à cette riposte ? Est-ce la faute des Israéliens si le Hamas a tout fait volontairement pour laisser les civils sans abris le jour où Israël riposterait aux missiles et aux attentats, afin que la compassion pour les victimes civiles se retourne  contre Israël ?
    Le Hamas laisse le monde entier croire qu’il recourt à la terreur parce qu’elle est l’arme du faible qui proteste contre un blocus injuste et insupportable. Mais qui d’autre que le Hamas porte la responsabilité de ce blocus imposé des deux côtés par l’Égypte et par Israël ? Qu’est-ce que ces deux États frontaliers de Gaza y gagnent, si ce n’est d’empêcher plus d’attentats ?
    Aujourd’hui, la trêve acceptée par Israël et le Hamas semble bien partie pour durer, en tous cas pour assurer un calme précaire pendant quelques mois voire quelques années, comme celui qui s’est instauré à la frontière nord d’Israël après la campagne de 2006 contre le Hezbollah. La suite des événements dépend des choix futurs du Hamas, dont la seule « victoire » est d’avoir échappé à l’anéantissement par Tsahal. Cette survie n’est pas la conséquence de l’incapacité d’Israël à détruire son appareil politico-militaire, mais au coût politique et diplomatique  d’une telle opération, forcément génératrice de pertes civiles palestiniennes massives.
    Est-il envisageable que la direction politique du Hamas abandonne de facto son programme de destruction d’Israël, ce programme dont découlent tous les malheurs des habitants de Gaza ? Est-il envisageable qu’une démilitarisation soit admise par lui, sous le contrôle d’une force internationale ayant ordre et capacité à riposter par les armes à la violation de cette démilitarisation, contrairement à ce que fait la Finul au Liban ? Je ne connais pas la réponse à cette question cruciale. Ce que je sais par contre, c’est que le monde entier devrait exiger cette démilitarisation.
    Que doit faire Israël pour prolonger sa victoire militaire ? La réponse est hors de ma portée. Ma préférence personnelle serait qu’il mette publiquement le Hamas et la population de Gaza devant cette offre conditionnelle : levée du blocus contre démilitarisation contrôlée et renoncement officiel au terrorisme.
    Un ami bien informé et de bon sens me suggère cette autre ligne de conduite : « L’Egypte, l’Arabie saoudite la Jordanie et même l’Autorité palestinienne ne sont pas désolées de la perte de potentiel militaire du Hamas. Le défi de Netanyahou est plus, aujourd’hui de maintenir cette "alliance objective" que de convaincre les opinions occidentales du bien fondé de l’opération "Barrière protectrice". Pour cela, il doit résister à l’aventurisme de la droite du Likoud, et des partisans de Lieberman et Bennett. Sa gestion habile de la dernière crise devrait l’inciter à suivre le modèle d’Ariel Sharon, ce qu’il a commencé à faire, en décidant, unilatéralement, le retrait de Gaza de son armée. On ne discute pas avec le Hamas, on l’encercle, avec ceux qui sont d’accord avec ce projet. »
    D’accord, cher ami, mais pourquoi ne pas jouer simultanément de la carotte et du bâton ?"

- Is PM on solid legal ground with his defense of IDF tactics?, David Horovitz (Times of Israel) - une très bonne synthèse des questions juridiques autour de l'opération militaire et des victimes civiles.
http://www.timesofisrael.com/is-pm-on-solid-legal-ground-with-his-defense-of-idf-tactics-in-gaza/
   "[...] I asked Robbie Sabel, a former legal adviser to Israel’s Foreign Ministry and professor of international law at Hebrew University, for the legal perspective on Netanyahu’s argument, including how well it might hold up under outside investigation. The prime minister, said Sabel, was on solid ground in arguing that if a civilian object — be it a mosque, a school, a hospital — is used for military purposes, it loses its immunity and becomes a legitimate military target. At the same time, Sabel stressed, invoking the rules of war as based on the first protocol of the Geneva Conventions of 1949, the use of military force is still subject to the law of proportionality.
   “If a hospital was used for healthy soldiers to sleep in, it would become a legitimate military target,” Sabel elaborated theoretically. But those taking a decision on whether to target it “must weigh the proportionate civilian casualties against the military advantage.” In short, you couldn’t blow up an entire hospital to take out 10 gunmen. The assessment might be different if the entire headquarters of a potent terrorist organization was sited at a hospital, Sabel went on. But speaking practically now, he noted that Israel did not target Gaza City’s main Shifa Hospital, even though it knew Hamas leaders were hiding out there. “We’d have been accused of causing excessive civilian casualties.”
    How then could Israel, or any other democratic nation seeking to observe the rules of war, prevail over terrorist organizations amorally exploiting such considerations? Sabel answered first by stressing that it is indeed only democratic nations that care about such matters. “Syria, for instance, doesn’t give a damn,” he said. He then cited former Israeli Supreme Court president Aharon Barak, who once noted that “a democracy fights a war with one hand behind its back.”
    That said, he argued that the rule of proportionality still enables the defeat of terrorism emplaced in civilian areas. “There is no mathematical formula” when weighing military advantage against civilian casualties, he said, so one vital key is that “you try to minimize” such casualties. In this respect, he said, Israel was unique in that it issues warnings, “which no other air force does,” before striking at critical targets. Netanyahu on Wednesday described Israel’s operational methods against Hamas, and the way they are judged, as a test case for the international community. In fact, said Sabel, the US and the UK had tackled terrorism in the heart of civilian areas in both Afghanistan and Iraq. And overall, he said, “I think we’ve been more careful.”
    And will that “careful” Israeli approach now ensure that it is vindicated in the looming wave of UN probes and possible war crime suits? “It is irrelevant in terms of public relations,” Sabel said, where you can’t tackle the issue of “dead children by quoting Protocol 1.” But Israel would be on firm legal ground “if the issue were to come to a neutral court of law.” And in terms of the assessment of Israel’s peers, notably the Judge Advocate General’s Corps in the US and UK, for instance, “here we come out with flying colors.” Sabel said he did not regard the planned UN probe or possible International Criminal Court attention as neutral legal forums, and said he did not anticipate even friendly governments coming out to praise Israel. “But in their internal discussions,” in the relevant departments of those responsible states, “they’ll say we complied” with the rules of war.
    Incidentally, Sabel does not anticipate Israel finding itself before the ICC, because the Palestinians know that were they to accept the court’s jurisdiction, as they would be required to do, they too would be subject to its authority. “And Hamas deliberately and flagrantly ignores the rules of war”."

- West encouraging terror with 'massacre' claims, Ben-Dror Yemini (Ynet) - "France and Britain were in the exact same situation when NATO planes bombed Belgrade and its surroundings. A Hospital, a retirement home and a refugee camp suffered direct hits. On April 15, 1999, British Foreign Secretary Robin Cook reacted to the targeting of innocent people: "How dare they now produce crocodile tears for people killed in the conflict for which they are responsible"." Pour rappel, lors des bombardements de l'OTAN sur Belgrade, on estime que 500 combattants serbes et... plus d'un millier de civils ont été tués (les Serbes, eux, parlent même de 5.000 civils tués).
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4555284,00.html
   "[...] In France, it's the president and foreign minister who are using the word "massacre" [...] It's a given process. In the first stage, they show understanding towards Israel. In the second stage, media reports emerge about the destruction in Gaza and about the innocent casualties. In the third stage, the politicians change their stance. Ed Miliband, the British opposition leader, strongly criticized his country's arms deals with Israel, and Prime Minister David Cameron announced that every single deal would be reviewed thoroughly. Another achievement for Hamas.
    France and Britain were in the exact same situation when NATO planes bombed Belgrade and its surroundings. A Hospital, a retirement home and a refugee camp suffered direct hits. On April 15, 1999, British Foreign Secretary Robin Cook reacted to the targeting of innocent people: "How dare they now produce crocodile tears for people killed in the conflict for which they are responsible." It happened again in 2012 in the bombardments against the Libyan regime. Innocent people were killed. Amnesty demanded an investigation. NATO ignored it.
    And it happened when the Lebanese army destroyed an entire refugee camp, Nahr al-Bared, in order to uproot a handful of 450 members of a terror organization. The West encouraged Lebanon, both materialistically and morally, to do all that it takes, including destroy most of the camp's building, in order to uproot the terror cancer. And it happened when the Taliban took over the Swat District in Pakistan. Once again, the West was there to encourage the army to use a firm hand against the terror cancer.
    Until it comes to Israel. Then the West supports Israel's right to defend itself, as long as it goes to war with its hands tied. When Hamas turns the civil population into a human shield, when it builds bunkers and tunnels under apartment buildings, when it stashes rockets under mosques, hospitals and schools, and when its television channel calls, these days too, as it has in recent years, for the annihilation of Jews – then the "massacre" claims are a reward for Hamas. And it’s most fascinating that when some of the Arab states want Israel to crush Hamas, because they are afraid that the radical Islam's killing industry will reach them too, that's when the West encourages terror. [...]"

- Amnesty can't find any evidence of Hamas using hospitals and ambulances??? (Elder of Ziyon) - "Amnesty goes out of its way to believe any anti-Israel evidence without skepticism, and it goes out of its way to discount overwhelming evidence that shows how Hamas has used medical facilities for war".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/08/amnesty-cant-find-any-evidence-of-hamas.html
   "Amnesty released a report claiming that Israel "deliberately" targeted ambulances and hospitals, based entirely on witness accounts. As one might expect, they completely discount the possibility that "eyewitnesses" in Gaza often lie to push an anti-Israel narrative.
    After all, Amnesty has admitted that Palestinian Arabs often lie about attacks they "witnessed." Their researcher even admitted that NGOs are sometimes swept up in events and cannot look at the situation objectively. Too bad they do not follow their own advice, because this report is as biased as they come.
    This is clear from this paragraph: "Amnesty International is aware of reports that Palestinian armed groups have fired indiscriminate rockets from near hospitals or health facilities, or otherwise used these facilities or areas for military purposes. Amnesty International has not been able to confirm any of these reports." To anyone who thinks Amnesty is unbiased, this must come as an astonishing claim. While Amnesty believes, without question, the testimony of people who hate Israel, they cannot find a shred of evidence that terror organizations use hospital workers as human shields and use hospitals as bases of operation.
    Here is video showing not only a terrorist shooting directly from Wafa Hospital,but also the secondary explosions that show that explosives were kept there. Here are two videos of terrorists using ambulances to avoid IDF fire. If the IDF was targeting ambulances, why is Hamas using them to escape? The Washington Post reported that Shifa Hospital was the de facto headquarters for Hamas, and everyone knew it. French-Palestinian journalist Radjaa Abu Dagga described in detail about how he was interrogated by armed Al Qassam terrorists in an office next to the emergency room of Shifa Hospital. [...]
    The Palestinian Red Crescent Society - whose employees are quoted uncritically by Amnesty - has published outrageous claims from a proven conspiracy theorist that Israel uses depleted uranium weapons. A Hamas member captured by Israel admitted that the tenth floor of a PRCS building was being used as a sniper position. Hamas booby-trapped a health clinic that was used as a tunnel entrance. Yet Amnesty cannot find a shred of evidence that Hamas uses hospitals and ambulances and other medical facilities.
    Amnesty illustrates its press release with this photo of a heavily damaged ambulance. Even this is deceptive. Amnesty wants its readers to believe that this ambulance was deliberately targeted, yet this photo was taken in Sheja'eya which was a Hamas stronghold. The ambulance here was just parked there and ws damaged in the airstrikes at Hamas targets, it was clearly not targeted. For some reason, Amnesty couldn't find any photos of the ambulances they claim were actually targeted in their report, so they have to find the best photo they can with the knowledge that most people won't look too carefully at it.
    Amnesty goes out of its way to believe any anti-Israel evidence without skepticism, and it goes out of its way to discount overwhelming evidence that shows how Hamas has used medical facilities for war. Then it goes out of its way to find a way to illustrate the press release with a completely irrelevant photo that they imply is evidence. Why don't Amnesty's donors find this to be a problem?"

- Jews Condemned While ISIS Decimates Christians, David Singer (Arutz 7) - "Google reports on the Israel-Gaza war outnumber reports on the much more deadly ISIS-Christian conflict by about 20:1".
http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/15435
   "As the war between Israel and Hamas enters its fourth week - the frenzied condemnation of Israel for exercising its inherent right of self-defence continues to dominate the media coverage of the conflict. Ishaan Tharoor writing in the Washington Post wonders why:
   “The world is transfixed by the conflict in Gaza, as the death tolls of both Palestinians and Israelis killed in the fighting continue to rise. It has animated global public opinion and sparked protests in myriad far-flung cities. But as the rockets and bombs fall, a deadlier war next door rolls on. The Syrian civil war has claimed 170,000 lives in three years; this past weekend's death toll in Syria was greater than what took place in Gaza. By some accounts, the past week may have been the deadliest in the conflict's grim history. Meanwhile, the extremist insurgents of the Islamic State (also known as ISIS), have continued their ravages over a swath of territory stretching from eastern Syria to the environs of Baghdad, Iraq's capital; the spike in violence in Iraq has led to more than 5,500 civilian deaths in the first six months of this year." [...]
    Patrick Coburn does not mince his words in The Independent: “It is the greatest mass flight of Christians in the Middle East since the Armenian massacres and the expulsion of Christians from Turkey during and after the First World War." Yet the media shows little interest in exposing the decimation and dispersal of the Christian communities in Syria and Iraq. Google reports on the Israel-Gaza war outnumber reports on the much more deadly ISIS-Christian conflict by about 20:1. The West is equally as disinterested at this appalling ethnic and religious cleansing and forced transfer of Christians. [...]"


"Processus de paix"

- Fatah leader calls to destroy Israel "from the river to the sea" (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=12268
   "Fatah, like Hamas, continues to present all of Israel's land as "occupied" and maintains the destruction of Israel as its ultimate goal. In a recent example of this, Fatah Central Committee member Tawfiq Tirawi posted the following message on his personal Facebook page two days ago: "O our free people of resolve and sacrifice in Gaza, you are more honored than us all... We remain committed to the promise: freedom, independence, and driving out the occupier from the entire pure land, from the [Jordan] River to the [Mediterranean] Sea. Long live free Gaza! Your brother, Tawfiq Tirawi." [Facebook page of Fatah Central Committee member, Tawfiq Tirawi, Aug. 5, 2014] [...]"


France

- Garnier menacé de boycott après un prétendu geste de soutien à Israël, Géraldine Russell (Le Figaro) - "La marque, propriété de L'Oréal Paris, alimente depuis plusieurs jours la colère des internautes, qui n'hésitent pas à lancer des appels au boycott sur les réseaux sociaux. En cause : le prétendu soutien de la marque de produits de beauté à Israël dans le conflit qui oppose l'État hébreu aux Palestiniens".
http://www.lefigaro.fr/societes/2014/08/07/20005-20140807ARTFIG00233-garnier-menace-de-boycott-apres-un-pretendu-geste-de-soutien-a-israel.php

- Entretien avec Elie Barnavi (Ex-ambassadeur d'Israël en France, historien, membre de l'ONG La Paix maintenant) - "le phénomène s'est aujourd'hui déplacé vers un antisémitisme de banlieue, pour l'essentiel. Ce que Pierre-André Taguieff appelle la "nouvelle judéophobie", et qui est une affaire islamo-gauchiste. Elle concerne une ultraminorité, mais constitue une masse critique suffisante pour être préjudiciable à la tranquillité des juifs de France".
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/elie-barnavi-l-antisemitisme-est-le-probleme-de-tous_1564405.html
   "- Croyez-vous à la recrudescence de l'antisémitisme en France avec l'importation du conflit israélo-palestinien et les cris de "mort aux juifs !" entendus dans certaines manifestations à Sarcelles ?
    - Il y a à la fois une recrudescence indiscutable de la parole et de l'acte antisémites - surtout depuis le début des années 2000 et la seconde Intifada - et une exacerbation de la peur, au travers de l'amplification médiatique et des réactions communautaires. Il est évidemment insupportable, pour les juifs de France et tout républicain, d'entendre des foules hurler "mort aux juifs !" soixante-dix ans après la Shoah. Et un tel climat risque de se perpétuer sur fond de problèmes socioculturels, d'ignorance et de l'incapacité manifeste de l'école à transmettre les valeurs de la République. Je ne vois pas comment cela pourrait aller mieux.
    - Ce n'est pas une résurgence de l'antisémitisme d'avant-guerre ?
    - Non, cet antisémitisme-là a sombré avec le nazisme et Vichy. Il est significatif que la dernière chose dont ait envie Marine Le Pen, c'est qu'on la traite d'antijuive. Le bon vieil antisémitisme n'est plus présentable.Pour l'immense majorité des Français, la "question juive" n'a plus grand sens. De même au niveau politique. Si Mendès France se défiait de la Ve République, c'était parce qu'il pensait, à l'époque, qu'un juif ne pourrait jamais accéder à la charge suprême. Cinquante ans plus tard, si DSK n'a pu prétendre à la présidence, ce n'est pas parce qu'il est juif. Non, le phénomène s'est aujourd'hui déplacé vers un antisémitisme de banlieue, pour l'essentiel. Ce que Pierre-André Taguieff appelle la "nouvelle judéophobie", et qui est une affaire islamo-gauchiste. Elle concerne une ultraminorité, mais constitue une masse critique suffisante pour être préjudiciable à la tranquillité des juifs de France. [...]"

- Le Monde, peut mieux faire ! (Roots Israël) - "C’est dans un article sous forme d’un échange de questions/réponses entre les internautes et Christophe Ayad que se construit une certaine image d’Israël. Attention, Ayad ne raconte pas que des choses fausses ou biaisées. [...] Je ne reprendrai donc que les questions et les réponses posant problème".
http://rootsisrael.com/lemondepeutmieuxfaire/

- Le nom Israël empêche de penser, même les meilleurs penseurs, Gil Mihaely (historien, directeur de la publication de Causeur) - "Ce conflit, écrivent-ils justement, «a répandu des incendies de haine dans tous les continents». Ils devraient se demander si cette haine - qu'ils semblent trouver «normale» - n'est pas le carburant du conflit plutôt que sa conséquence".
http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/08/05/31002-20140805ARTFIG00296-gil-mihaely-le-nom-israel-empeche-de-penser-meme-les-meilleurs-penseurs.php
   "Rony Brauman, Régis Debray, Christiane Hessel et Edgar Morin sont révoltés par la mort d'enfants palestiniens, et l'écrivent dans une lettre ouverte au Président de la république publiée dans Le Monde du 5 août . Qui ne le serait pas? Rappelons que l'assassinat d'un jeune Palestinien de Jérusalem-Est, le 2 juillet, a tout autant révolté les Israéliens et que les auteurs de ce crime odieux ont été arrêtés. Les meurtriers des trois jeunes Israéliens le 12 juin courent toujours (Houssam Kawasmeh, le Palestinien soupçonné d'être le cerveau de l'enlèvement aurait avoué le financement de l'opération par le Hamas, d'après une information rendue publique mardi soir, NDLR). Ils passent pour des héros auprès d'une partie des Palestiniens - l'ampleur de cette partie est précisément l'une des clés du conflit, contrairement à ce que croient nos quatre penseurs en colère, qui ne voient qu'un et unique coupable : Israël.
    Face aux destructions et aux souffrances endurées par les Gazaouis, Morin, Debray, Hessel et Brauman ont donc toutes les raisons d'être déchirés. Le problème, c'est qu'ils sont indignés. Or l'indignation rend aveugle. Entendons-nous bien: on a le droit de critiquer Israël, on peut soutenir l'idée qu'étant le plus fort, il n'aurait pas dû riposter aux provocations du Hamas. On peut désapprouver l'idée même d'un État juif. Mais le rôle des intellectuels est d'éclairer le présent. Pour émouvante qu'elle soit, la supplique de notre quatuor au président de la République ne peut qu'obscurcir un peu plus la lecture du conflit israélo-palestinien et attiser les passions que les auteurs prétendent surmonter. Ce conflit, écrivent-ils justement, «a répandu des incendies de haine dans tous les continents». Ils devraient se demander si cette haine - qu'ils semblent trouver «normale» - n'est pas le carburant du conflit plutôt que sa conséquence, autrement dit, si les crimes d'Israël ne sont pas la justification gratifiante d'une détestation qui vise de plus en plus les Juifs autant que les Israéliens. Comment expliquer, sinon, que certains puissent souffrir pour les enfants de Gaza et admirer Mohamed Merah ou Samir Kountar (1), tueurs d'enfants juifs ?
    Bref, avec tout le respect dû aux éminents auteurs, leur texte est doublement fautif : moralement et intellectuellement. Moralement parce que leur description des soldats d'Israël, non pas en tueurs, mais en assassins d'enfants, ne relève pas de la pensée heuristique, mais de la démonologie. Intellectuellement, on s'étonne que des observateurs acérés se contentent d'un récit confondant de pauvreté, comme si eux aussi finissaient par croire que la réalité, c'est ce qu'on voit à la télé.
    Le quatuor appelant à un virage radical de la politique de la France, on s'attend à ce qu'il étaye cette requête par une analyse politique et géopolitique. L'irrationnel surgit à la troisième ligne. Evoquant les sanctions qui ont été adoptées contre la Russie alors, disent-ils, qu'aucune preuve ne relie Poutine à la mort des 300 innocents du vol MH 17, ils observent qu'«il y a déjà cinq fois plus de civils innocents massacrés à Gaza», mais, poursuivent-ils - et c'est là qu'on bascule - «ceux-là soigneusement ciblés et sur l'ordre direct d'un gouvernement». Vous avez bien lu. Les centaines de civils innocents tués par les bombardements israéliens ne sont pas d'effroyables dommages de guerre, ils sont le but de la guerre. Les hommes qui donnent les ordres et ceux qui les exécutent ne sont pas des dirigeants démocratiquement élus ni des soldats défendant leur pays, mais des monstres assoiffés de sang. Les juifs adorent tuer des enfants, c'est connu, leur sang fait d'excellentes matzot pour Pessah. Que des hommes et femmes de bonne volonté puissent proférer, sans même en percevoir l'énormité symbolique, d'aussi odieuses et mensongères accusations prouve que le nom Israël empêche de penser, même les meilleurs penseurs. En l'occurrence, il les empêche aussi de voir.
    Il les empêche de voir que l'armée israélienne fait d'immenses efforts pour épargner les populations civiles, ce qui, malheureusement, n'interdit pas les tragiques bévues. Il les empêche de voir que le Hamas tire sur Israël et sur ses soldats à partir des zones les plus densément peuplées, précisément pour attirer des ripostes qui feront les gros titres des journaux télévisés. Il les empêche de voir que le Hamas a systématiquement refusé les cessez-le-feu acceptés par Israël, n'hésitant pas à violer le dernier et le plus prometteur entré en vigueur vendredi 1er août.
    Il les empêche de voir la première des évidences : l'enfer de Gaza est non seulement la création à 100% du Hamas mais aussi l'aboutissement d'une stratégie poursuivie depuis une décennie. Suite à l'évacuation par Israël de la totalité de la bande de Gaza, colonies comprises, en 2005, le mouvement islamiste a choisi la guerre - un choix qui ne devrait pas surprendre ceux qui prennent la peine de lire sa Charte. Ariel Sharon, qui était soutenu par la France, espérait créer une dynamique positive qui aurait pu rassurer tous ceux qui, en Israël et dans le monde, soutiennent une paix de compromis fondée sur la coexistence de deux États et se poursuivre par le retrait israélien de Cisjordanie. Le Hamas a préféré transformer Gaza en plate-forme d'une lutte armée visant la population israélienne : en bon français, cela s'appelle du terrorisme. Moyennant quoi il a discrédité ou épuisé les partisans de la paix et apporté de l'eau à tous les moulins de l'intransigeance.
    Il est vrai que le blocus, devenu beaucoup plus dur depuis la chute de Morsi en Égypte, rend la vie à Gaza terriblement difficile. Il faut vraiment toute la cruauté israélienne pour s'opposer à l'ouverture d'une frontière par laquelle transitent des armes destinées à tuer des Israéliens.
    Il est vrai aussi que la poursuite de la colonisation en Cisjordanie et l'immobilisme de Netanyahou ont largement contribué au pourrissement de la situation. De fait, ni les Israéliens, ni les Palestiniens ne disposent aujourd'hui d'un de Gaulle capable de faire accepter à leur peuple les douloureuses concessions sans lesquelles aucune paix ne sera possible. En attendant, à l'instar de votre serviteur, la majorité des Israéliens de gauche pensent que, cette fois, le Hamas est le seul responsable de la montée aux extrêmes. Faut-il rappeler que la première mission d'un gouvernement est de protéger ses citoyens ?
    Mais les quatre signataires, qui sont pourtant du genre à qui on ne la fait pas, ne voient décidément pas plus loin que le bout de leur écran. Ainsi semblent-ils ignorer que, derrière la rhétorique des uns et des autres, une alliance qui n'est pas seulement tacite, s'est nouée entre Israël, l'Égypte (même sous Morsi, pourtant issu lui-même des Frères musulmans), la Jordanie et l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas que tout le monde aimerait voir reprendre la main à Gaza.
    Résultat, en lieu et place d'une analyse lucide et honnête, ils édictent une nouvelle règle morale : le faible a toujours raison. Ceux qui mettent en danger les vies palestiniennes en creusant des tunnels offensifs plutôt que des abris et en tirant à partir d'écoles ou d'hôpitaux n'ont aucune responsabilité. La colère des auteurs n'est m
ême pas équitablement partagée entre les deux parties. Pour eux, seul Israël doit être placé au ban des nations.
    Il faut dire qu'à la longue liste de ses crimes, Israël ajoute celui d'avoir subi peu de pertes civiles. Pas un seul enfant mort, et ces gens se plaignent ? En réalité, pour les trois signataires, le plus grand crime d'Israël est d'exister. Ils sont raison: de ce crime-là, Israël est bien coupable. Heureusement.
(1) Membre du FLP, Kountar a participé en 1979 à la prise d'otage d'une famille israélienne dans une ville proche de la frontière libanaise. Avant de se rendre, il a exécuté le père et fracassé la tête de la fillette sur les rochers de la plage. À son retour au Liban en 2008, il a été reçu en héros."

- Le conflit israélo-palestinien n'est pas un conflit mondial, Maurice Goldring (Professeur émérite à l'université Paris 8) - "Le monde est parcouru de conflits beaucoup plus meurtriers, mais sur lesquels les signataires ne peuvent pas grand-chose. Alors que devant ce conflit, ils retrouvent les vieux réflexes, les vieux clivages qui nous manquent tant depuis la chute du mur de Berlin".
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/08/07/le-conflit-israelo-palestinien-n-est-pas-un-conflit-mondial_4468493_3232.html
   "Dans leur tribune du Monde, pubiée le 4 août, Rony Brauman, Régis Debray, Christiane Hessel et Edgar Morin sont convaincus « qu'une certaine idée de la France se joue à Gaza ». Rony Brauman et Christiane Hessel sont connus pour avoir choisi leur camp dans le conflit israélo-palestinien. Régis Debray et Edgar Morin apportent la caution d'esprits plus modérés.
    Les signataires acceptent que d'autres conflits sont plus meurtriers dans le monde arabe. Mais la particularité du conflit israélo-palestinien est « qu'il concerne et touche à l'identité des millions d'Arabes et de Musulmans, des millions de Chrétiens et d'Occidentaux, des millions de Juifs dispersés dans le monde ». Ce conflit n'est pas local, il est de portée mondiale et de ce fait a « déjà suscité ses métastases dans le monde musulman, le monde juif, le monde occidental ». Il a réveillé les xénophobies et les racismes, a répandu la haine dans tous les continents. Il ne suffit plus « d'appels pieux », ni de « renvois dos à dos ». Parce qu'il y a des colonisés et des colonisateurs avec une « terrible disproportion de forces ». Il faut sévir, suspendre l'accord d'association entre Israël et l'Union Européenne.
    Les choses sont ainsi dites clairement. Le monde est parcouru de conflits beaucoup plus meurtriers, mais sur lesquels les signataires ne peuvent pas grand-chose. Alors que devant ce conflit, ils retrouvent les vieux réflexes, les vieux clivages qui nous manquent tant depuis la chute du mur de Berlin. Afrique du Sud, Vietnam, Chili, Cuba, étaient tous des conflits de « portée mondiale », ils suscitaient tous des « métastases » dans le monde entier. Les conflits inter-arabes, internes à l'Afrique ne sont pas des « conflits mondiaux ». On n'y peut rien. Alors que là, on retrouve le colonialisme, l'impérialisme, l'internationalisme prolétarien, les dénonciations des complicités entre puissances coloniales.
    L'inscription du conflit israélo-palestinien comme conflit de « portée mondiale » lui assure une prolongation indéfinie. Il faut au contraire refuser les métastases, refuser l'exportation de ce conflit comme on refuse les haines mondiales. Voici qui serait une contribution utile de nos faiseurs d'opinion. Le conflit israélo-palestinien n'est pas mondial, c'est un conflit local. Dans un petit territoire, des populations face à face depuis 70 ans portent au pouvoir leurs représentants les plus réactionnaires, les plus bellicistes. Ceux qui refusent les négociations, les compromis, parce que la paix les rejeterait dans les limbes. En contribuant à donner à ce conflit une dimension mondiale, on conforte ces extrêmes. Les Palestiniens deviennent le symbole de tous les colonisés du monde, les Israéliens sont à l'avant-garde de la défense du monde occidental menacé par l'islamisme radical. Dans ce face à face, seuls les chefs de guerre ont droit à la parole. Leurs alliés soufflent sur les braises."

- Commentaires du jour sur Le Monde.fr : "Israël perd petit à petit tout ce qui fait un pays démocratique : la tolérance, la justice et la paix. Quelles valeurs communes avons-nous avec ces extrémistes politiques qui sont la honte du monde ?" ; "Le sionisme est une impasse pour les Juifs. Ce qui fait vivre l'Etat d'Israël, c'est la guerre. Mais peut-il en être autrement lorsque le pays s'est construit sur une injustice"... Un (tout) petit florilège sympathique.
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2014/08/06/paroles-d-israeliens-loin-de-gaza_4467720_3218.html
- Full metal (06/08/2014 - 20h25)
   "Voilà quelle est l'état de la société israélienne. Une société coupée des Palestiniens, qui ne sait pas leur condition, qui ne veut pas le savoir. [...] Ne comprenant pas et ne voulant pas comprendre, ils tombent dans la haine et la solution facile : la guerre et les massacres."
- josef Kamarad (06/08/2014 - 21h22)
   "Les Israéliens - et les Juifs du monde entier - sont-ils conscients que la Shoah ne les protège plus? Et que même la bombe atomique n'est plus une protection?"
- Jesus Alonso (06/08/2014 - 23h05)
   "Si les chiffres avancées jusqu’à maintenant sont exacts, l’on aurait 63 Israéliens tombés d’un côté. De l’autre : 1860 palestiniens jusqu’à ce que l’on débarrasse les décombres et que l’on découvre malheureusement, d’autres morts. Ceci revient à dire qu’un Israélien vaudrait dans la revanche prise : 30 palestiniens. Nous sommes bien loin de la blanche qui valait deux noires à l’époque du KKK."
- Pythéas (07/08/2014 - 09h28)
   "Israël perd petit à petit tout ce qui fait un pays démocratique : la tolérance, la justice et la paix. Ils ont réinventé la guerre de 100 ans ! L'ignorance de la vie, des privations et des discriminations des palestiniens montre que l'information est verrouillée. Quelles valeurs communes avons-nous avec ces extrémistes politiques qui sont la honte du monde ?"
- Rudolf BKOUCHE (07/08/2014 - 12h00)
   "Le sionisme est une impasse pour les Juifs. Ce qui fait vivre l'Etat d'Israël, c'est la guerre. Mais peut-il en être autrement lorsque le pays s'est construit sur une injustice. [...]"
- Kevin S. (07/08/2014 - 14h13)
   "[...] Alors que les juifs, de tout temps, ont été des précurseurs en matière de droit de l'Homme, de tolérance, de progrès social, de lutte contre le racisme, Israël est devenu un bastion de l'extrémisme et du racisme, de la loi du plus fort et du rejet de l'autre. [...] Pour justifier la colonisation, les guerres, la torture, Israël a développé les mêmes rhétoriques nauséabondes que celles en Europe avant 1945 : race supérieure / peuple élu, Lebensraum / espace vital, résistants = terroristes [...]"
http://www.lemonde.fr/proche-orient/reactions/2014/08/07/gideon-levy-journaliste-critique-d-une-societe-israelienne-malade_4467830_3218.html
- IVAN MOULIN (07/08/2014 - 12h49)
   "[...] [les Israéliens sont] tout un peuple qui se réclame des valeurs occidentales mais qui les traine, et nous traine, dans l'abjection. Le sionisme est le cancre qui ronge l'universalisme des valeurs occidentales."
- CHRISTIAN RULLIERE (07/08/2014 - 15h08)
   "[...] [Il y a une] sclérose de la société israélienne qui est toujours pris dans la peur de son anéantissement Il faudra bien qu'un jour, Israël dépasse le syndrome de la Shoah et accepte de faire son auto-critique [...]"
- paix (07/08/2014 - 17h03)
   "Quand un peuple choisit un gouvernement terroriste qui ne respecte pas la convention de Genève ne devrait il pas être désavoué voire non reconnu par la communauté international. [...]"
- Jean-Pierre Bernajuzan (07/08/2014 - 17h23)
   "Le Hamas est certes terroriste, mais Israël aussi."


Europe

- London Times rejects Wiesel ad about Hamas ‘child sacrifice’ (Times of Israel) - "The London Times refused the ad because “the opinion being expressed is too strong and too forcefully made and will cause concern amongst a significant number of Times readers”."
http://www.timesofisrael.com/london-times-rejects-wiesel-ad-about-hamas-child-sacrifice/
   "The London Times refused to run an ad featuring Nobel Prize winner Elie Wiesel speaking out against what the ad says is Hamas’ use of children as human shields. [...] Headlined “Jews rejected child sacrifice 3,500 years ago. Now it’s Hamas turn,” the ad began running last week. It reads, in part: “In my own lifetime, I have seen Jewish children thrown into the fire. And now I have seen Muslim children used as human shields, in both cases, by worshippers of death cults indistinguishable from that of the Molochites. What we are suffering through today is not a battle of Jew versus Arab or Israeli versus Palestinian. Rather, it is a battle between those who celebrate life and those who champion death. It is a battle of civilization versus barbarism.” [...]"
- London Times rejects anti-Hamas advert for fear it could upset their readers (CiF) - "Interestingly, The Sunday Times (sister publication of The Times) didn’t seem so concerned with the feelings of their readers when they published a cartoon Holocaust Memorial Day in 2013, depicting the bloody trowel wielding Israeli Prime Minister torturing innocent souls".
http://cifwatch.com/2014/08/06/london-times-rejects-anti-hamas-advert-for-fear-it-could-upset-their-readers/


Monde

- Australie : un bus d'enfants juifs pris d'assaut (AFP) - "aux cris de "Heil Hitler", "Mort aux juifs" et "Libérez la Palestine"" ; "des agents de sécurité voyageront désormais dans les bus desservant les écoles juives".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/07/97001-20140807FILWWW00036-australie-un-bus-d-enfants-juifs-pris-d-assaut.php
   "Cinq adolescents soupçonnés d'avoir terrorisé des enfants juifs, proférant des insultes antisémites et des menaces dans un bus scolaire de Sydney, ont été arrêtés aujourd'hui. Les enfants âgés de cinq à 12 ans voyageaient hier dans un bus privé de la banlieue de Bondi Junction lorsque huit adolescents ont fait irruption dans le véhicule.
    Les agresseurs présumés ont harcelé et menacé les écoliers aux cris de "Heil Hitler", "Mort aux juifs" et "Libérez la Palestine", selon leurs parents. Une mère de famille a expliqué avoir retrouvé ses trois filles en pleurs, traumatisées. "Ma petite dit qu'elle a peur tout le temps maintenant", a affirmé Jacqui Blackburn à la radio publique ABC. Cinq des huits adolescents soupçonnés d'avoir participé à l'agression ont été arrêtés et auditionnés dans la nuit, avant d'être rendus à leurs parents. L'organisation représentative des juifs de l'Etat de Nouvelle-Galles du sud a fait savoir que des agents de sécurité voyageraient désormais dans les bus desservant les écoles juives."

- Sud-Soudan, ce conflit qu’on ne saurait voir, Thomas Joassin (Causeur) - "Les médias préfèrent Gaza à Djouba".
http://www.causeur.fr/sud-soudan-ce-conflit-quon-ne-saurait-voir-28779.html
   "Pendant quelques semaines, le monde a eu les yeux rivés sur Gaza. Comme à leur habitude, dans cette guerre de l’image, après la Libye, la Syrie, le Mali, les médias se sont focalisés sur une région du monde, sans oser détourner le regard d’un espace politique si chargé d’émotions.
    Pourtant, au Sud-Soudan se joue actuellement une pièce dramatique, avec déjà 10 000 morts, 1.5 million de soudanais déplacés (la moitié serait des enfants) et plus d’un tiers de la population sous la menace d’une famine imminente. Depuis décembre 2013 s’affrontent des factions militaires rivales. Aux fidèles du président Salva Kiir (Dinka) s’opposent les soldats restés loyaux à l’ancien vice-président Ried Machar (Nuer). L’ONU évoque des crimes contre l’humanité de la part des deux camps, et craint que le conflit ne se transforme en génocide.
    Comme au Moyen-Orient, les revendications identitaires sont au cœur du conflit. En 2011, le Soudan du Sud est devenu le premier pays africain à s’autodéterminer, en s’émancipant du Nord, arabisé et musulman, dont la loi islamique menaçait les populations noires chrétiennes du sud. Avant l’indépendance du pays les disputes internes au mouvement séparatiste développaient déjà une dimension tribale, à l’instar de la rivalité entre Machar et Garang, qui avait provoqué à partir de 1991 une guerre dramatique entre Dinka et Nuer, avec plus de 300 000 morts à la clé. [...]"
Repost 0
Published by Occam - dans Août 2014
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 19:28

Dry-Bones---Gaza-War.gif

 

- The War that Was (Dry Bones) - "We don't know if the war is over yet but it's not too early to mull over some things we learned".
http://drybonesblog.blogspot.fr/2014/08/the-war-that-was.html

Repost 0
Published by Occam - dans Août 2014
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 19:27
Protective Edge

- Gaza : Les armes se taisent, la parole est aux diplomates (AFP)
http://www.20minutes.fr/monde/1425691-gaza-armes-taisent-parole-diplomates
   "Les armes restaient muettes ce mercredi à Gaza, à l'aube du deuxième jour d'un cessez-le-feu qu'Israéliens et Palestiniens devaient essayer de consolider lors de discussions au Caire. La trêve, obtenue avec les médiations égyptienne et américaine, est entrée en vigueur mardi matin, a priori pour 72 heures. Des discussions doivent à présent s'ouvrir pour une paix plus durable entre des belligérants aux exigences diamétralement opposées. La délégation israélienne est arrivée mardi soir au Caire, tandis que les représentants du Hamas, du Jihad islamique et du Fatah dans la bande de Gaza rejoignaient la délégation palestinienne déjà présente dans la capitale égyptienne. [...]
    La délégation palestinienne s'était entendue dimanche au Caire sur une série d'autres exigences: ouverture des points de passage aux frontières, élargissement de la zone de pêche autorisée à 12 miles nautiques et libération de prisonniers palestiniens. Israël martèle pour sa part son impératif de sécurité. Et une récente exigence s'annonce comme un obstacle considérable: que la reconstruction de la bande de Gaza soit liée à sa démilitarisation.
    Les Etats-Unis ont indiqué mardi qu'ils participeraient «probablement» aux négociations entre Israéliens et Palestiniens au Caire, le secrétaire d'Etat John Kerry appelant à aborder à cette occasion «les questions cruciales à plus long terme». «Comment allons-nous éliminer ces roquettes, comment allons-nous démilitariser (la bande de Gaza) et comment avancer vers un avenir meilleur», a plaidé le chef de la diplomatie américaine, dans un entretien accordé à la BBC World News appelant Israéliens et Palestiniens à se rasseoir à cette occasion à la table des négociations pour «essayer de résoudre la question des deux Etats» israélien et palestinien. [...]"
- Les négociations entre Israël et le Hamas s’annoncent ardues, Hélène Sallon (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/international/article/2014/08/06/les-negociations-entre-israel-et-le-hamas-s-annoncent-ardues_4467353_3210.html
   "[...] La trêve demeure fragile et le fossé à combler pour parvenir à un accord est immense. « Nous sommes toujours à la croisée des chemins et une nouvelle confrontation est possible », a confié mardi un officier supérieur du renseignement israélien. Chacun se targue d'avoir imposé à l'autre ses conditions. Mais le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a besoin d'un accord pérenne pour un retour à la sécurité afin de revendiquer la victoire, tandis que celle du Hamas ne sera réelle que s'il obtient des mesures pour désenclaver la bande de Gaza.
    Israël a réussi à imposer au Hamas l'initiative égyptienne, qu'il avait rejetée le 17 juillet parce qu'elle n'offrait aucune garantie sur les termes des négociations. Il est parvenu à écarter le Qatar et la Turquie, parrains du mouvement islamiste, des tractations et à assurer à l'Egypte, son allié, le monopole de la médiation.
    Vu la situation humanitaire dramatique à Gaza et le coup porté à ses capacités opérationnelles, le Hamas avait besoin de débuter des négociations. Israël estime avoir renvoyé le mouvement « cinq ans en arrière » : les deux tiers de son arsenal ont été détruits ou utilisés ; ses forces spéciales, largement touchées ; la plupart des tunnels entrant en Israël, neutralisés.
    L'amorce, samedi, du retrait unilatéral des troupes israéliennes de l'enclave, justifié par les responsables israéliens par la complétion de l'objectif de destruction des tunnels, a exercé une pression supplémentaire sur le mouvement. Elle répond aussi à l'exigence palestinienne d'un retrait total de Tsahal en préalable à toute négociation. [...]
    Des négociations indirectes, sous médiation égyptienne, doivent s'engager au Caire entre les délégations israélienne et palestinienne pour une période indéterminée. Toute rupture de la trêve y mettrait fin. Mardi soir, une délégation israélienne, menée par Itzhak Molcho, négociateur en chef des pourparlers avortés avec l'Autorité palestinienne en avril, Amos Gilad, directeur des affaires politiques au sein du ministère de la défense, et Yoram Cohen, le chef de la sécurité intérieure (Shin Bet), est arrivée dans la capitale égyptienne.
    La délégation palestinienne unifiée, menée par Azzam Al-Ahmed, membre du comité central du Fatah, le parti du président Mahmoud Abbas et négociateur de l'accord de réconciliation interpalestinien, était arrivée dimanche. Elle comprend notamment Moussa Abou Marzouk pour le Hamas, Ziyad Nakhla pour le Jihad islamique et Majed Faraj, le chef du renseignement palestinien. La médiation est animée par le chef du renseignement égyptien, Mohamed Farid Al-Tohamy, connu pour son aversion pour le Hamas.
    La délégation palestinienne a présenté une liste de demandes au médiateur égyptien comprenant l'ouverture des points de passage, le passage des biens et des personnes, l'extension de la zone de pêche et l'accès aux terres situées dans la zone tampon avec Israël. Selon les médias israéliens, [Jérusalem] a refusé de discuter la construction d'un port et d'un aéroport et de la libre circulation entre la Cisjordanie et Gaza. La libération des prisonniers palestiniens devrait être reportée à des négociations ultérieures.
    M. Nétanyahou s'est dit favorable à un allégement du blocus sur les passages frontaliers et à l'importation de biens, en échange de la sécurité. Mais il conditionne la réhabilitation et le développement de la bande de Gaza à sa démilitarisation. Cela suppose le démantèlement de l'arsenal du Hamas, voire celui de sa branche militaire et des autres factions armées. Le Hamas s'y oppose. Israël prône la mise en place d'un mécanisme de supervision internationale aux frontières et dans l'enclave pour empêcher le réarmement des factions palestinien. L'Egypte et l'Autorité palestinienne, voire l'Union européenne, pourraient être chargées du contrôle du point de passage de Rafah. [...]
    Israël, l'Egypte et la communauté internationale cherchent par ailleurs à profiter de ces négociations pour renforcer l'Autorité palestinienne à Gaza au détriment du Hamas, en dépit des réalités sur le terrain. [...]"
- Egypt tells Hamas: Airport, seaport off the table (Ynet) - 'Egypt stressed to Hamas that several of the demands raised by the Gaza-based organization were unrealistic. During the talks in Cairo, Egypt told Hamas that the establishment of an airport, construction of a seaport, and the opening of the Rafah Crossing between the Strip and Egypt would not even be discussed".
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4555398,00.html

- La télévision indienne montre des roquettes du Hamas tirées près d’un hôtel de Gaza (JTA)
http://fr.timesofisrael.com/la-television-indienne-montre-des-roquettes-du-hamas-tirees-pres-dun-hotel-de-gaza/
   "[...] Le reportage de NDTV réalisé par par Sreenivasan Jain montre une équipe dédiée à l’envoi de roquettes palestiniennes utilisant une tente comme abri pour mettre en place un lancement, puis le lancement de la fusée. La vidéo a été enregistrée lundi.
    Sreenivasan note que le lancement de la roquette du Hamas a eu lieu « à quelques mètres de notre hôtel » et « en plein milieu de ce qui est une zone résidentielle avec des hôtels et des immeubles d’habitation ». Il se dirige alors vers l’endroit d’où la roquette a été tirée, mais se voit « demandé par des gens de ne pas accéder à l’emplacement, de sorte que nous devons revenir vers nos pas ». [...]"
- IDF Releases More Video of Hamas Human Shield Use (Arutz 7)
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/183782

- Gaza rocket hits Palestinian home in Bethlehem (Reuters)
http://www.jpost.com/Operation-Protective-Edge/Gaza-rocket-hits-Bethlehem-home-no-injuries-370097
   "Minutes before a Gaza ceasefire took hold at 8 a.m. on Tuesday, Hamas launched a salvo of long-range rockets into Israel, calling them revenge for Israel's "massacres". Sirens went off as far north as Jerusalem's outlying areas such as Ma'ale Adumim. There was no word of casualties. One rocket hit a house near the Palestinian West Bank town of Bethlehem, police and residents said. Minutes after the attack, police rushed to the scene and a large crowd gathered outside the house.
    Owner of the house, Elias Jubran said his house sustained damage to the roof and to the living room. "We were at home asleep, when we heard a loud explosion that shook all the houses, three floors and my brothers' houses on the other side, the windows and other things broke," Jubran said. He said no one was hurt."

- 'Allah Curse Them!' Gazans' Harsh Words for Hamas (Reportage CBN News, Vidéo 2mn32)
https://www.youtube.com/watch?v=CgdbMX-NoTI

- Hamas shot Fatah members in the legs - to be human shields (Elder of Ziyon) - "On July 28, Hamas security placed Lashin under "house arrest" - and shot him in the legs in order to keep him in his house"; "Hamas used the war as cover to go after its political enemies. Knowing that Israel would give warnings to people to leave their houses, they used the excuse of "house arrest" and collaboration to enforce their desire to keep Fatah members in their houses, to be killed. This way they achieve two goals: indirectly killing their enemies and being able to blame Israel for killing Gazans who were unable to leave their homes".
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/08/hamas-shot-fatah-members-in-legs-to-be.html
- Le Hamas a exécuté des « collaborateurs » pendant la guerre à Gaza (Times of Israel & AFP)
http://fr.timesofisrael.com/le-hamas-a-execute-des-collaborateurs-pendant-la-guerre-a-gaza/
   "La branche armée du Hamas a exécuté des Palestiniens coupables selon elle d’avoir aidé Israël pendant la guerre de Gaza, a rapporté mercredi le site Majd, proche du mouvement terroriste. Ces « collaborateurs ont aidé l’ennemi à viser de nouvelles cibles » et ont été « exécutés après avoir été arrêtés pour avoir donné à l’ennemi des informations sur la résistance et ses hommes », explique le site en citant sans le nommer un haut responsable de la sécurité à Gaza. Le site précise que ces exécutions ont été menées par les brigades Al-Qassam, la branche armée du Hamas, mais ne précise pas le nombre de « collaborateurs » concernés.
    Selon la loi palestinienne, les collaborateurs, les meurtriers et les trafiquants de drogue sont passibles de la peine de mort. En mai, le Hamas avait annoncé avoir exécuté deux « collaborateurs », l’un par balles et l’autre par pendaison. En octobre 2013, les autorités du Hamas avaient aussi exécuté un homme pour meurtre. En principe, toute exécution doit être approuvée par le président de l’AP Mahmoud Abbas, qui dirige l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) avec laquelle le Hamas a récemment signé un accord de réconciliation."

- Hamas tells Gazans over Facebook: Stop Exposing Terrorist Deaths (Blog Tsahal) - "The message appears to have several purposes. In order support Hamas’ claims of victory in battle, it seeks to hide the organization’s significant losses against Israel. The post also aims to support Hamas’ exaggerated claims of civilian casualties. By hiding evidence of terrorist deaths, Hamas can report higher numbers of civilian deaths in Gaza".
http://www.idfblog.com/blog/2014/08/06/hamas-tells-gazans-facebook-stop-exposing-terrorist-deaths/

- IDF’s ‘Protective Edge’ Numbers: 475 Hamas Rockets Struck Within Gaza; Up to 1000 Terrorists Killed, Dave Bender (Algemeiner)
http://www.algemeiner.com/2014/08/06/idfs-protective-edge-numbers-475-hamas-rockets-struck-within-gaza-up-to-1000-terrorists-killed/
   "[...] In its summation, the IDF said, it targeted 750- 1,000 militants of which at least 253 were Hamas operatives, 147 were Palestinian Islamic Jihad operatives, 65 operatives were from various other organizations, and at least 603 operatives were not identified by affiliation. The army said 82,201 IDF reservists were called up for the operation.
    The army said that 2,303 projectiles slammed down within Israel, 116 of which hit populated areas (3.45%). 578 were intercepted by the Iron Dome Tamir interceptor missiles, and 475 landed within the Gaza Strip. The IDF estimates that Hamas and other groups held some 10,000 rockets in their arsenal. The army destroyed one third, and another third were fired toward Israel. The Army said 69.4% were fired from the northern Gaza Strip, 12.9% were fired from the central Gaza Strip, and 17.3% were fired from the southern Gaza Strip. 597 of the rockets were launched from civilian facilities (18%), approximately 260 were launched from educational facilities (schools), 127 from cemeteries, 160 from religious sites, and 50 were launched from hospitals, according to the IDF. [...]"
- Israel Says Gaza Death Toll 1:1 Combatant-Civilian Kill Ratio, Same as in Previous Hamas Wars, Joshua Levitt (Algemeiner) - "A senior military source told Times of Israel that the Army counted 900 Hamas militants of the 1,800 Gazans believed to have been killed, meaning a 1:1 kill ratio of civilians to combatants, which would be in-line with Israel’s  previous two wars against Hamas in Gaza".
http://www.algemeiner.com/2014/08/06/israel-says-gaza-death-toll-11-combatant-civilian-kill-ratio-same-as-in-previous-hamas-wars/

- A Closer Look at Gaza’s Civilian Casualties, Michael J. Totten (World Affairs)
http://www.worldaffairsjournal.org/blog/michael-j-totten/closer-look-gaza%E2%80%99s-civilian-casualties
   "Hamas wants you to think the Israelis are either killing people at random in Gaza or they’re so inept that can’t hit what they aim at. If either of these narratives strikes you as plausible, by all means, believe whatever you want, but Time magazine parses the fatality statistics and reveals that the number of civilian casualties is not nearly as high as reported.
   "Analyses of the casualties listed in the daily reports published by the Palestinian Center for Human Rights, a Gaza-based organization operating under Hamas rule, indicate that young males ages 17 to 30 make up a large portion of the fatalities, and a particularly noticeable spike occurs between males ages 21 to 27, a pattern consistent with the age distribution typically found among combatants and military conscripts. Palestinian sources attempt to conceal this discrepancy with their public message by labeling most of these young men as civilians. […]
    Scrutiny of Palestinian figures in the current conflict reveals a spike in fatalities among males ages 21 to 27 and an over-representation from ages 17 to 30. Data gleaned from the daily reports of the PCHR show that from July 8, the start of Israel’s “Operation Protective Edge,” through July 26, 404 out of 915 fatalities tallied from daily reports in which the ages were identified occurred among males ages 17 to 30, comprising 44% of all fatalities among a group representing about 10% of Gazans.
    Expanding the age range from 17 to 39 and including those identified as combatants whose ages were not given increases that number to 551 fatalities, or 57% of all fatalities, even though this group represents less than one-sixth of Gazans. By contrast, adult female fatalities were less than 10% of total fatalities for a group that comprises a quarter of the total population.
    Children, here defined as those under age 17, represented 194 of fatalities, 20% of the total. Any child fatality is a tragedy, but it is important to note that children make up over half the population of Gaza."

    We’ll have a better handle on this when the war is over and some time has passed. As Time also notes in the article, Hamas eventually acknowledged that Israel more or less correctly identified the number of combatants killed in the last war and that previous claims about overwhelming civilian casualties had been fabricated."

- « Bombes à fléchettes lancées par Israël » : l’auteur du Hoax sur la sellette (JSS) - "Une seule photo d’origine inconnue a été diffusée sur les réseaux sociaux à l’appui de l’accusation de l’ONG new-yorkaise Human Rights Watch. Le Guardian a lui aussi a relayé l’accusation lancée initialement par l’ONG Palestinian Centre for Human Rights selon laquelle six obus à fléchettes auraient été tirés sur le village de Khuzaa à l’Est de Khan Yunis le 17 juillet" ; "En fait, aucune documentation sérieuse n’étaye les accusations actuelles contre Israël".
http://jssnews.com/2014/08/06/bombes-a-flechettes-lancees-par-israel-lauteur-du-hoax-sur-la-sellette/

- Hamas TV: Dress up like Jews to execute suicide bombings (PMW) - "During the Gaza war, Hamas repeatedly broadcast a video promoting suicide attacks on Israeli civilians. The Hamas video shows a terrorist putting on a suicide belt and dressing up as a stereotypical, bearded Orthodox Jewish civilian, who is then sent to commit a suicide bombing".
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=12267

- Israël commence les réparations des lignes électriques détruites par le Hamas et qui fournissent pourtant Gaza (JSS)
http://jssnews.com/2014/08/06/israel-commence-les-reparations-des-lignes-electriques-detruites-par-le-hamas-et-qui-fournissent-pourtant-gaza/
   "Hier soir, mardi (5 Août 2014), les employés de l’Israël Electric Corporation à Beer Sheva, ont été chargé par l’armée de commencer les réparations des réseaux électriques endommagés suite aux tirs de missiles depuis la bande de Gaza. Une des tâches sera de réparer les lignes qui fournissent de l’électricité à Gaza. Cela nécessite un travail très méticuleux et complexe, dans des conditions de travail difficiles. Les soldats de Tsahal devront surveiller les employés avec des chars et des anti-missiles [...]
    L’IEC fournit 120 mégawatts d’électricité à Gaza sur 10 lignes à haute tension. La plupart des lignes électriques ont été endommagés en raison des tirs de missiles. L’IEC continuera de travailler sur la réparation des lignes endommagées du côté israélien. Il y a aussi un certain nombre de lignes électriques endommagées dans la bande de Gaza."


Analyses

- Israel might have won; Hamas certainly lost, David Horovitz (Times of Israel) - "The world is very angry with Israel. It holds Israel primarily accountable for the devastation in Gaza. It thinks Israel used disproportionate force in Gaza. Some previously friendly-ish countries want to stop selling arms to Israel, and thus to deny Israel the capacity to protect itself. There will be attempts at war crimes prosecutions, nasty UN resolutions, UN investigations, violent demonstrations, boycotts, embargoes, anti-Semitism — you name it. Now, maybe all the critics are right. But for what its worth, Israelis most of the way across the spectrum, though concerned about the international consequences, honestly aren’t too conflicted. They are not insensitive to the terrible death toll and devastation in Gaza; they just know that Israel didn’t provoke it, and believe Israel’s leaders and armed forces tried to minimize it, in a war Israel didn’t want but couldn’t avoid". Une analyse vraiment synthétique, complète et intéressante dans l'ensemble... à lire donc.
http://www.timesofisrael.com/israel-might-have-won-hamas-certainly-lost/
   "Ten thoughts at the (possible) end of the Israel-Hamas war.
    1. Hamas lost. Whether or not Israel “won” — by which I mean attaining the “sustained calm” for its people that was the limited goal of the war — will be determined by the negotiations now taking place in Cairo, or the failure of those negotiations. But Hamas certainly lost. Three weeks ago, with its rocket capacity largely intact, its fighting forces completely intact, the tunnel network it had spent seven years building intact, and most of the Gaza it claims to represent intact, it rejected an unconditional ceasefire which Israel accepted and instead issued a long list of arrogant preconditions.
    On Tuesday, with most of its rockets used to relatively little effect, hundreds of its gunmen dead, 32 of its major tunnels smashed, and Gaza devastated, its “military wing” in Gaza overruled its fat-cat political chief Khaled Mashaal in his Qatar hotel, waved a metaphorical white flag, and pleaded for the very same unconditional ceasefire. That does not constitute evisceration. Hamas aims to live to fight another day. But it does constitute defeat.
    2. Egypt is crucial. Prime Minister Benjamin Netanyahu spoke ambiguously on Saturday night of Israel’s new potential allies in the region. The one that really matters is Egypt. The unlamented ex-president Mohammed Morsi shared fundamental(ist) common interests with Hamas, an offshoot of his own Muslim Brotherhood. The man who ousted Morsi, President Abdel-Fattah el-Sissi, shares Israel’s concern in grinding Gaza’s terrorist government into the dirt. Throughout the past month, Cairo insisted on an unconditional ceasefire, until Hamas broke. The challenge now is for Egypt and Israel to prove similarly unyielding on the longer-term arrangements, including working together to prevent a Hamas return to the weapons smuggling of the Morsi era.
    3. The US, less so. The US is Israel’s most important ally; the alliance is vital to our well-being. It helps enable us to defend ourselves; it stands by us diplomatically when the international community turns upon us. But the less said about US diplomatic efforts toward a ceasefire over recent weeks, the better. As for the grudging, oft-repeated banality that Israel “has the right to defend itself,” might I suggest that a more accurate and appropriate formulation would be that Israel has the obligation to defend itself against a neighboring terrorist government demonstrably using every foul ruse it can muster in order to kill Israelis, including the sacrificing of its own people while its leadership cowers underground. We have scraped the bottom of the barrel of Western morality when it takes an Iranian official to observe, while obviously praising the “resistance,” that Hamas really ought to have let Gaza’s civilians share some space in its tunnels to shelter from the Israeli military strikes it was provoking with its rocket fire and tunnel attacks.
    4. Hamas started it. It was because Hamas was desperate to break the Israel-Egypt stranglehold on its finances and military imports that it provoked this conflict. It had tried to regain a footing in the West Bank via its “unity government” deal with Mahmoud Abbas’s loathed Fatah, but when three Israeli teenagers were abducted and killed by a Gaza-financed Hamas cell in June, Israel clamped down again on Hamas in the West Bank, arresting 400 Hamas operatives. Out of options, increasingly unpopular in Gaza, and desperate for money, it stepped up its rocket attacks, and here we all are now four weeks later. Israel, the UN, US, EU, Saudi Arabia, Egypt, the Arab League — pretty much everyone bar Qatar, Turkey, Iran and Hamas — want a lasting cessation of hostilities, humanitarian aid for Gaza, an enlarged role for Abbas, and the lifting of access restrictions only if tied to the disarming of Hamas and other terror groups. The only question is how to impose this. Memo to Washington, DC: It’s a safe bet that involving Qatar and Turkey won’t help.
    5. Abbas’s role. Apropos of which: Given the choice between Hamas and Abbas in Gaza, Netanyahu prefers Abbas. Given the choice between the IDF and Abbas in the West Bank, not so much.
    6. About those tunnels. Perhaps folks abroad really just don’t care, or perhaps we haven’t explained it well enough, but Hamas directed much of its energy, money, manpower, time and strategic thinking since seizing the Strip in 2007 to digging a vast network of tunnels — including numerous tunnels under the border with Israel, wide enough to drive through on motorbikes, with the incontrovertible goal of sending large numbers of terrorists into southern Israel to carry out mass murder. I say incontrovertible because, as the IDF worked to smash the tunnels, Hamas sought desperately to use them, and carried out six attacks during the war, its gunmen emerging from the tunnels to kill 11 IDF soldiers. On the Gaza-Egypt border, meanwhile, Sissi’s forces have spent the past year closing down an estimated 1,000-plus more rudimentary smuggling tunnels, through which Hamas imported some of the weaponry it used in this war.
    Apparently there are still political leaders and opinion-shapers in relatively enlightened countries who don’t realize any of this, who persist in arguing that Gaza’s tunnels were built solely to smuggle in the basic goods that Gazans are cruelly denied by the Israeli-Egyptian alliance, and who demand the dismantling of the blockade without conditioning it upon a parallel dismantling of Hamas as an all too well-armed terrorist movement. To sum up: The tunnels that Hamas dug under the border near, say, Kibbutz Nahal Oz, were not built in order to smuggle essential fuel and food into Gaza. They were, rather, designed for smuggling large numbers of killers into Israel.
    7. Israelis are not conflicted. The world is very angry with Israel. It holds Israel primarily accountable for the devastation in Gaza. It thinks Israel used disproportionate force in Gaza. Some previously friendly-ish countries want to stop selling arms to Israel, and thus to deny Israel the capacity to protect itself. There will be attempts at war crimes prosecutions, nasty UN resolutions, UN investigations, violent demonstrations, boycotts, embargoes, anti-Semitism — you name it. Now, maybe all the critics are right. But for what its worth, Israelis most of the way across the spectrum, though concerned about the international consequences, honestly aren’t too conflicted. They are not insensitive to the terrible death toll and devastation in Gaza; they just know that Israel didn’t provoke it, and believe Israel’s leaders and armed forces tried to minimize it, in a war Israel didn’t want but couldn’t avoid.
    Many Israelis are frustrated at how lousily this conflict has been reported and understood overseas; really, with the exception of the occasional gutsy Finn and honest Indian, none of those hordes of super-professional journalists in Gaza could document the 3,000-plus rocket launches — including 600 near schools and other civilian facilities? None of them saw Hamas gunmen firing from homes and hospitals, dressed in civilian clothes? So be it. Most Israelis recall that Israel pulled out of Gaza in 2005 and that Hamas took over and built a war machine among Gaza’s civilians. From the Jewish Home party on the right, through to the leading opposition Labor party on the left, this is regarded as a war “for the home” — a war not over disputed territory but targeting all of sovereign, ostensibly undisputed Israel. A war in which all of Israel was attacked with rockets, and southern Israel learned that its very nasty neighbors had been digging terror tunnels under their kitchens and kindergartens. They had to be stopped. No other country would behave differently. And few Israelis believe that any other country would have tackled the particularly pernicious Hamas strategy of using Gazans as human shields more carefully than the IDF did.
    (As Adele Raemer of Kibbutz Nirim on the Gaza border told The Times of Israel’s Melanie Lidman on Tuesday, “Wait a minute, I don’t want this to be happening to the Palestinians, but how can I live with the fear of tunnels, with the fear of mortars that don’t give warning when they fall, and the fear of rockets?… When I came to live in this area in 1975, we’d all get in a car and go to Gaza and go to the beach and go to the shuk. A Gazan built this house in 1996… I didn’t go live in Judea and Samaria [the West Bank] and I didn’t go live on the Golan Heights because those are areas that could be given back some day. This is Israel proper. I chose to live in a place that’s not contested. So this is where we stick in our heels and say, No, I’m not going anyplace.” As Lidman went on to write, Raemer took her on a tour of the kibbutz, and showed her a parking lot that’s been hit twice by rockets, now the butt of a neighborhood joke: “That’s where you park the car you want to get rid of.” Raemer also pointed out a number of holes in the ground made by rockets, the metal still embedded into the asphalt. Just 20 meters from the kibbutz playground, caution tape warned residents to stay away from parts of an unexploded missile.)
    8. Challenges faced by the ground forces. Israelis are deeply impressed with how the IDF ground forces tackled Hamas. The troops faced gunmen in civvies, gunmen in IDF uniforms, snipers, IEDs, booby-trapped homes, suicide bombers, sophisticated weaponry, gunmen popping out of tunnels, holes in walls, cupboards. They learned to their cost that even areas that had been theoretically rendered safe were not — that gunmen could appear out of nowhere and shoot them dead. When soldiers fell in battle, thousands upon thousands of Israelis came to some of their funerals. Few Israelis doubt that the IDF could and would have “smashed” Hamas and retaken Gaza if ordered to do so. Had the IDF been told to go get the bunkered Hamas leaders, “we would have gone to Shifa [hospital] and pulled them out by their ears,” Lt.-Col. (res.) Ori Shechter, the deputy commander of the Nahal Brigade, said on Army Radio on Wednesday. But there’s been no vocal criticism from the IDF about the political direction, and nor is there likely to be. [...]"

- The empty spaces in Gaza, Alan M. Dershowitz (Felix Frankfurter Professor of Law at Harvard Law School) - "The law is clear: using civilians as human shields—which the Hamas battle manual mandates—is an absolute war crime. There are no exceptions or matters of degree, especially when there are alternatives".
http://www.gatestoneinstitute.org/4580/gaza-population-density
   "How many times have you heard on television or read in the media that the Gaza Strip is "the most densely populated area in the world"? Repeating this statement, however, does not make it true. There are dense parts of Gaza, especially Gaza City, Beit Hanoun and Khan Younis, but there are far less dense areas in Gaza between these cities. Just look at Google Earth, or this population density map.
    The fact that these sparsely populated areas exist in the Gaza Strip raise several important moral questions: First, why don't the media show the relatively open areas of the Gaza Strip? Why do they only show the densely populated cities? There are several possible reasons. There is no fighting going on in the sparsely populated areas, so showing them would be boring. But that's precisely the point—to show areas from which Hamas could be firing rockets and building tunnels but has chosen not to. Or perhaps the reason the media doesn't show these areas is that Hamas won't let them. That too would be a story worth reporting.
    Second, why doesn't Hamas use sparsely populated areas from which to launch its rockets and build its tunnels? Were it to do so, Palestinian civilian casualties would decrease dramatically, but the casualty rate among Hamas terrorists would increase dramatically.
    That is precisely why Hamas selects the most densely populated areas from which to fire and dig. The difference between Israel and Hamas is that Israel uses its soldiers to protect its civilians, whereas Hamas uses its civilians to protect its terrorists. That is why most of Israeli casualties have been soldiers and most of Hamas' casualties have been civilians. The other reason is that Israel builds shelters for its civilians, whereas Hamas builds shelters only for its terrorists, intending that most of the casualties be among its civilian shields.
    The law is clear: using civilians as human shields—which the Hamas battle manual mandates—is an absolute war crime. There are no exceptions or matters of degree, especially when there are alternatives. On the other hand, shooting at legitimate military targets, such as rockets and terror tunnels is permitted, unless the number of anticipated civilian casualties is disproportionate to the military importance of the target. This is a matter of degree and judgment, often difficult to calculate in the fog of war. The law is also clear that when a criminal takes a hostage and uses that hostage as a shield from behind whom to fire at civilians or police, and if the police fire back and kill the hostage, it is the criminal and not the policeman who is guilty of murder. So too with Hamas: when it uses human shields and the Israeli military fires back and kills some of the shields, it is Hamas who is responsible for their deaths. [...]
    International law must be enforced against Hamas for its double war crime: using civilian human shields to fire at civilian Israeli targets. If this tactic were to be brought to a halt, then Israel would have no need to respond in self-defense. Applying the laws of war to Israel alone will do no good, because any country faced with rockets and tunnels targeting its civilians will fight back. When the fighters and tunnel builders hide behind human shields, there will inevitably be civilian casualties—unintended by Israel, intended by Hamas—regardless of how careful the defenders are. Israel has tried its hardest to minimize civilian casualties. Hamas has tried its hardest to maximize civilian casualties. Now the United Nations and the international community must try their hardest to become part of the solution rather than part of the problem."

- Gaza: Genocide fail (Bay Bloggers)
http://proisraelbaybloggers.blogspot.com.au/2014/08/gaza-genocide-fail.html
   "The CIA’s 2014 population data is out. For those of you generating so much noise about the "genocide" in Gaza, here’s some quantitative data to ruminate over. The 2104 life expectancy for Gaza is 74.64 years. Thats higher than Malaysia 74.52. Its higher than the left’s current darling, Venezuela. (74.39). Its higher than Gaza’s neighbors in Jordan (74.10 years) and Egypt ( 73.45 years). Its even higher than Turkey (73.29 years).
    Gaza’s low rates of Infant mortality also belie any accusation of "genocide". Infant mortality rate compares the number of deaths of infants under one year old in a given year per 1,000 live births in the same year, and is often used as an indicator of the level of health in a country. Gaza has a lower rate of infant mortality (15.46) than its neighbors in Egypt. (22.41 deaths per thousand births), Syria (15.79), Jordan (15.73). Turkey (21.43).
    In spite of these objective quantatative measurements, the Palestinians are still the highest per capita recipients of aid in the world. And in spite of all evidence to the contrary, the enemies of Israel and the enemies of truth continue to bandy about spurilous accusations of "genocide"."

- What Would Hamas Do If It Could Do Whatever It Wanted?, Jeffrey Goldberg (The Atlantic) - "In the years since it adopted its charter, Hamas leaders and spokesmen have reinforced its message again and again. Mahmoud Zahar said in 2006 that the group "will not change a single word in its covenant." To underscore the point, in 2010 Zahhar said, "Our ultimate plan is [to have] Palestine in its entirety. I say this loud and clear so that nobody will accuse me of employing political tactics. We will not recognize the Israeli enemy"" ; "People wonder why Israelis have such a visceral reaction to Hamas. The answer is easy. Israel is a small country, and most of its citizens know someone who was murdered by Hamas in its extended suicide-bombing campaigns; and most people also understand that if Hamas had its way, it would kill them as well".
http://www.theatlantic.com/international/archive/2014/08/what-would-hamas-do-if-it-could-do-whatever-it-wanted/375545/?single_page=true


Judée-Samarie

- Le «cerveau» de l'enlèvement et du meurtre de trois Israéliens arrêté (AFP)
http://www.20minutes.fr/monde/1425663-cisjordanie-cerveau-enlevement-meurtre-trois-israeliens-arrete
   "[...] «Il y a un mois, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté dans le camp de réfugiés de Chouafat (au nord de Jérusalem, en Cisjordanie NDLR) Hossam Kawasmeh, soupçonné d'avoir dirigé le commando qui a enlevé et assassiné les trois adolescents», a indiqué la police dans un communiqué.
    Les trois jeunes étudiants d'écoles religieuses avaient été retrouvés morts le 30 juin, près de la route où ils avaient été vus pour la dernière fois, deux semaines avant, faisant de l'auto-stop dans le sud de la Cisjordanie. Selon les médias israéliens, Hossam Kawasme aurait reconnu pendant sa détention avoir reçu un soutien financier du Hamas à Gaza pour recruter et armer le commando qui a enlevé et tué les trois jeunes. [...]"
- Israel Confirms Hamas Funded Kidnapping (Tablet) - "Today's confirmation refutes speculation from various news outlets last week that Hamas wasn't behind the kidnapping, and that the kidnappers were operating as a “lone cell”."
http://www.tabletmag.com/scroll/181476/israel-confirms-hamas-funded-kidnapping
   "Israel has confirmed that the funding for the June kidnapping and murder of Israeli teenagers Naftali Frankel, Gilad Shaer, and Eyal Yifrah—which set off a chain of events that led to the current war in Gaza—was provided by Hamas. Hassam Qawasameh, a Palestinian man arrested on July 11 in connection with the abduction, admitted that the orders and financing of the kidnapping came from Gaza. Paul Hirschson, deputy spokesperson for international media at Israel's Ministry of Foreign Affairs, tweeted the news this afternoon after an Israeli gag order was lifted. Hirschson confirmed by phone that Qawasameh was arrested three weeks ago in connection with the kidnapping, and that Qawasameh admitted the Hamas connection under interrogation.
    Ynet reports that money from Hamas operatives in Gaza was used to purchase weapons used in the attack, as well as the plot of land in which the bodies were buried. Today's confirmation refutes speculation from various news outlets last week that Hamas wasn't behind the kidnapping, and that the kidnappers were operating as a “lone cell”."
- Alleged mastermind behind kidnapping of three Israeli teens arrested (JP)
http://www.jpost.com/National-News/Alleged-mastermind-behind-kidnapping-of-three-Israeli-teens-arrested-370166
   "[...] In addition, Hussam assisted Marwan in concealing the bodies by burying them on land he had bought in recent months. Next, Hussam was attempting to flee the area and disappear across the Jordanian border with false documents subsequent to the bodies being found, when he was caught back in mid-July. The state said that the evidence it had was at the level of near certainty, after interrogating Hussam."
- Yes, #EyalGiladNaftali kidnapping was ordered and funded by Hamas (Elder of Ziyon) - "Now, one must wonder, what would make some journalists want so badly to exonerate Hamas from a terror attack?"
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/08/yes-eyalgiladnaftali-kidnapping-was.html

- Un officiel du Fatah menace de mort les habitants des implantations, Elhanan Miller (Times of Israel) - "Les commentaires de Muheisen sont apparus en plein milieu d’une sériee d’attaques terroristes à Jérusalem et en Cisjordanie".
http://fr.timesofisrael.com/un-officiel-du-fatah-menace-de-mort-les-habitants-des-implantations/
   "Un haut fonctionnaire du Fatah a tacitement menacé la vie d’Israéliens qui voyagent à travers la Cisjordanie, avertissant des commerçants palestiniens de débarrasser leurs magasins de produits « d’occupation » ou alors « qu’ils seraient détruits ». S’exprimant lors d’un rassemblement à Naplouse organisée par le Fatah – en solidarité avec Gaza – lundi soir, le membre du Comité central du Fatah Jamal Muheisen a averti Israël de « ne pas oublier que les colons errent dans les rues parmi nous et qu’ils sont une cible facile pour les brigades al-Aqsa [du Fatah] en Cisjordanie », ont rapporté le site officiel et la page Facebook du Fatah.
    Les commentaires de Muheisen sont apparus en plein milieu d’une sériee d’attaques terroristes à Jérusalem et en Cisjordanie, apparemment menées par des assaillants solitaires. Lundi, le conducteur d’un excavateur a tué un piéton et blessé cinq autres personnes dans une attaque contre un bus à Jérusalem. Quelques heures plus tard, un soldat s’est fait tirer dans l’estomac et a été grièvement blessé par un motard. Mardi, un garde de sécurité a été poignardé par un inconnu près de l’entrée de Maalé Adumim.
    Mais Muheisen n’a pas limité ses menaces à des Israéliens. Il a également affirmé que les propriétaires palestiniens de magasins avaient deux semaines pour vider leurs boutiques des « produits d’occupation ». « Après cette période, n’importe quel magasin contenant de la marchandise israélienne d’occupation sera attaqué et cassé » a-t-il lancé à la foule.
    Les responsables de l’Autorité palestinienne ont appelé au boycott des marchandises produites dans les implantations israéliennes dans le passé. L’ancien Premier ministre de l’Autorité palestinienne Salam Fayyad avait même pris part à une cérémonie, en 2010, ans laquelle ces produits étaient brûlés en public.
    L’aile armée du Fatah, les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa et les Brigades Abdul Qader Husseini, ont pris part aux tirs de roquettes et de mortiers lancés vers Israël depuis la bande de Gaza tout au long de l’opération « Bordure Protectrice », revendiquant la responsabilité d’avoir ciblé les communautés israéliennes près de la bande de Gaza lundi soir.
    Pendant ce temps, le mouvement a fustigé le Hamas pour avoir ciblé ses propres membres dans la bande de Gaza, en en plaçant une partie en résidence surveillée et en tirant à balles réelles sur les autres. Mardi, le mouvement a indiqué sur sa page Facebook officielle que le Hamas avait tiré à balles réelles sur le garde du corps du responsable du Fatah Abdullah Ifranji. « Nous allons persévérer et s’occuper de nos blessures, mais nous ne pourrons jamais pardonner ces actes odieux », a déclaré le mouvement."


France

- Les juifs de France ont-ils raison d'avoir peur ? (L'Express) - "en 2013, 40% des agressions racistes ont visé des juifs alors qu'ils ne représentent que 1% de la population".
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-juifs-de-france-ont-ils-raison-d-avoir-peur_1564195.html
   "Sarcelles (Val-d'Oise) et sa "petite Jérusalem" sont encore sous le choc. Dix jours après les incidents qui ont perturbé la manifestation (interdite) de soutien aux Palestiniens et embrasé les rues de cette ville de banlieue à l'importante communauté juive, l'incompréhension demeure. Ici, dans ce décor de cités multicolores, c'était différent, la synagogue et la mosquée cohabitaient bien. On se croyait épargné par les tensions, libre d'aller et venir, de parler entre voisins juifs et musulmans. En quelques heures, le bel édifice s'est effondré. Et l'inquiétude a poussé comme une mauvaise herbe sur les décombres de l'harmonie perdue.
    Corinne, 48 ans, habite Sarcelles depuis ses 9 ans. Jusqu'à il y a peu, elle n'imaginait pas sa vie ailleurs. Désormais, elle n'écarte plus l'idée d'un départ. "La semaine dernière, raconte-t-elle, un homme est monté dans le bus en hurlant : "Sortez les juifs !"" "Une scène inimaginable il y a quelques mois encore !" affirment Régine et Meyer, un couple rencontré dans la rue. "Les jeunes fréquentent les mêmes écoles, et souvent une altercation se terminait par la phrase : "Fais gaffe, c'est mon pote de collège !"" Aujourd'hui, on évite d'arborer la kippa. On la couvre d'une casquette.
    Des anecdotes de ce genre, chacun en a une à raconter. "On n'ose plus mettre de signes distinctifs d'aucune sorte, déplore cette femme de 74 ans interrogée lors de la manifestation de soutien à Israël, le 31 juillet à Paris. On ne dit rien. On n'ose plus rien dire. Je ne dis pas que je suis juive."
    A quelques mètres de là, Serge Klarsfeld, fondateur avec son épouse, Beate, de l'association Fils et filles de déportés juifs de France, militant pour la mémoire de la Shoah, ne cache pas son embarras. "La situation s'est incontestablement dégradée, affirme-t-il. On entend à nouveau crier "mort aux juifs", et des enfants juifs ont été tués à Toulouse par Mohamed Merah en 2012. Comment ne pas s'inquiéter, même si cela reste un mouvement minoritaire et ciblé ?"
    Peur. Insécurité. Sentiment de malaise. Les mots ne sont en tout cas plus tabous. L'interminable conflit israélo-palestinien, rythmé par les interventions militaires de Tsahal dans la bande de Gaza, est venu attiser les braises d'une discorde qui, pour certains, ne date pas d'hier. "Le phénomène remonte au début des années 2000, estime le président de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), Alain Jakubowicz. Il concerne la vie quotidienne de centaines, voire de milliers, de personnes, et pourrait avoir pour conséquence de vider certaines zones de la présence juive. A Vaulx-en-Velin (Rhône), près de Lyon, le nombre de familles juives a chuté de 250 à moins de 20. C'est dans cette ville qu'en 2010 la mairie avait fait hisser à son fronton un drapeau palestinien !"
    Pour beaucoup de juifs, l'antisémitisme agressif a un nouveau visage, celui d'islamistes radicaux et d'enfants perdus de la République en révolte contre ses valeurs. Les vieux relents des années 1930, précurseurs du nazisme et de la France du maréchal Pétain, se sont dissipés, même si la présence d'une extrême droite radicale, incarnée par les zélateurs d'Alain Soral et de Dieudonné, lors des deux manifestations interdites à Paris, n'a échappé à personne. [...]
    [L'angoisse est suscitée par] la hausse régulière des infractions enregistrées par le Service de protection de la communauté juive (SPCJ) au cours des quinze dernières années. D'après lui, en 2013, 40% des agressions racistes ont visé des juifs alors qu'ils ne représentent que 1% de la population. [...]"

- Juifs de France : "Dans mon entourage, tout le monde veut partir en Israël", Tatiana Lissitzky (FranceTV Info) - "la transposition du conflit israélo-palestinien "un alibi" pour libérer la parole haineuse".
http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/juifs-de-france-dans-mon-entourage-tout-le-monde-veut-partir-en-israel_659635.html
   ""J'ai peur qu'un jour mes élèves ne découvrent que je suis juive", soupire Sophie H. (le prénom a été changé), 61 ans, dans le vaste salon de son appartement parisien. Professeure dans un lycée technique de Seine-Saint-Denis, elle affirme avoir vu la parole antisémite se libérer et se généraliser ces dernières années. Tout en gardant le secret sur sa religion, elle est quotidiennement confrontée aux blagues anti-juifs, aux remarques et aux réflexions, sans pouvoir se défendre. "C'est lorsque cela vient des collègues que c'est le plus difficile."
    Et les anecdotes ne manquent pas. Il y a quelques semaines, en arrivant dans sa classe de terminale, elle découvre les élèves hilares, smartphones en main et yeux rivés sur les vidéos de Dieudonné. "Pas de Dieudonné dans ma classe, il est raciste", ordonne alors l'enseignante, qui s'entend aussitôt répondre : "Mais on l'aime bien et il a raison pour les juifs." Ambiance. Un climat qui les pousse, elle et son mari, à vouloir rejoindre leurs enfants déjà partis s'installer en Israël.
    Et Sophie est loin d'être la seule dans cette situation. Jamais, depuis la création de l'Etat israélien, ils n'ont été aussi nombreux à quitter l'Hexagone pour faire leur aliyah ("montée" en hébreu). Pas même après la Guerre des six jours, en 1967. Fin août, ils seront 4 000 à avoir rejoint l'Etat hébreu depuis début 2014 et à avoir pris la nationalité israélienne.
    [...] depuis quelque temps, une autre raison pousse les juifs français à partir : l'insécurité qu'ils disent ressentir. "L'indifférence de la société civile sur la question de l'antisémitisme inquiète à long terme les juifs de France", insiste Ariel Kandel. Même si elle a tremblé à l'idée que son fils aîné, 27 ans, réserviste, soit appelé à combattre à Gaza, Sophie préfère savoir ses enfants en Israël : "Alors que c'est la guerre, ils sont plus inquiets pour nous que pour eux. Là-bas, ils ont une armée qui les protège." Elle raconte l'agression dont son fils a été victime, il y a quelques années, devant son lycée du 19e arrondissement de la capitale ; mais aussi celle d'un petit cousin frappé à coups de batte de base-ball, boulevard Voltaire à Paris, alors qu'il sortait de cours. [...]
    Pour Sylvain, du BNVCA, le sentiment d'une montée de l'antisémitisme au sein de la communauté n'est pas seulement lié aux récents évènements. "Il est le produit de ces dernières années avec le meurtre d'Ilan Halimi, la tuerie de Mohamed Merah et de Mehdi Nemmouche, l’affaire Dieudonné, ainsi que la manifestation Jour de colère en janvier (où des 'Mort aux juifs' avaient déjà été lancés)." [...]
    Et les victimes renoncent souvent à porter plainte, comme l'explique à francetv info Sacha Reingewirtz, président de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) : "L'antisémitisme est tellement banalisé qu'on ne porte plus plainte pour une insulte antisémite. Seuls les actes les plus graves sont répertoriés."
    Sacha Reingewirtz voit dans la transposition du conflit israélo-palestinien "un alibi" pour libérer la parole haineuse. "Il faut faire attention à conserver notre identité républicaine. Que l'on soit pro-palestinien ou pro-israélien, nous sommes avant tout français", poursuit le jeune homme. Les récentes tensions ont été dénoncées, dimanche 3 août, lors d'un rassemblement républicain pour la paix, soutenu par plusieurs associations, comme l'UEJF et SOS racisme. Le même jour, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a par ailleurs déploré, dans un communiqué, "la récente augmentation des attaques antisémites, particulièrement en Europe".
   "Dans mon entourage, nous étions déjà nombreux à nous poser la question du départ. Depuis les récents évènements, comme les incidents de la rue de la Roquette, tout le monde veut partir. Le plus tôt possible", raconte Sophie. [...]"

- Village afghan rasé par l’armée française (Reportage France 2, octobre 2008) - cette vidéo déjà vieille de quelques années montre les "précautions" que prennent usuellement les militaires français avant de raser un village pour cause de résistance talibane au sein des populations. Rien d'exceptionnel en soi ici (malheureusement), mais une utile remise en perspective de ce qui se fait ordinairement en temps de guerre, même de la part de notre armée.
http://tune.pk/video/4471387/


Europe

- Grande-Bretagne : le boycott d'Israël gagne du terrain, Frédérique Andréani (Le Point)
http://www.lepoint.fr/monde/grande-bretagne-le-boycott-d-israel-gagne-du-terrain-05-08-2014-1851674_24.php
   "[...] Le 5 juillet dernier, les membres d'Unite, le plus grand syndicat britannique, ont ainsi voté en faveur de l'adoption d'un embargo "similaire au boycott des produits venant d'Afrique du Sud durant l'époque de l'apartheid" : une première de la part d'une organisation publique en Europe. [...]
    La communauté scientifique et artistique n'est pas en reste. Le réalisateur Mike Leigh et l'auteur Iain Banks sont depuis plusieurs années de fervents partisans d'un boycott intellectuel d'Israël, tandis que l'appel au boycott musical lancé en 2010 par Roger Waters, le leader du groupe Pink Floyd, a mené à l'annulation de concerts prévus à Tel-Aviv par Elvis Costello et le groupe Gorillaz, entre autres.
    En mai dernier, le célèbre scientifique Stephen Hawking a rejoint le mouvement en choisissant de boycotter publiquement une conférence scientifique organisée par Israël. Une récente lettre ouverte au Premier ministre appelant au boycott du commerce des armes entre la Grande-Bretagne et Israël a par ailleurs reçu 21 000 signatures de membres reconnus de la communauté artistique britannique, parmi lesquels la créatrice de mode Bella Freud, la journaliste Jemima Khan, les musiciens Brian Eno et Bryan Adams, les écrivains Will Self, Hanif Kureishi et Esther Freud, et l'acteur David Morrissey."


USA

- Le je
u où il faut tuer des terroristes supprimé de Google… pas celui où il faut tuer des civils israéliens (JSS) - "Google a supprimé de ses jeux Google Play celui où le joueur se prend pour Tsahal qui bombarde Gaza (« Bomb Gaza ») [et où il faut notamment éviter de toucher des civils] … mais continue d’offrir aux utilisateurs le jeu où les utilisateurs sont des terroristes du Hamas qui attaquent des civils israéliens".
http://jssnews.com/2014/08/06/le-jeu-ou-il-faut-tuer-des-terroristes-supprime-de-google-pas-celui-ou-il-faut-tuer-des-civils-israeliens/

- What Would You Do If Hamas Attacked You?, Peter Beinart (The Atlantic) - "Americans who want Israelis to challenge their country’s blockade and military campaign in Gaza because Gazans are suffering are asking Israelis to live up to a standard we rarely meet ourselves".
http://www.theatlantic.com/international/archive/2014/08/what-would-you-do-if-hamas-attacked-you/375535/
   "[...] The analogy between our respective Mideast conflicts is not exact, of course. The United States has no equivalent of Gaza: an adjacent territory from which we’re being attacked and whose borders we control. But after the Gulf War, America and its allies did impose a blockade of sorts against Iraq because of the threat (allegedly) posed by Saddam Hussein. And that blockade may have caused the deaths of several hundred thousand Iraqi children. After that, America invaded and occupied Iraq in a war that killed perhaps another half million Iraqis (though figures vary widely depending on the study).
    Tens of thousands more civilians have died in America’s war in Afghanistan. Currently, the United States levies sanctions that make it hard for Iranian hospitals to import life-saving drugs. And U.S. drones – which routinely violate the sovereignty of countries in the Middle East, Africa, and South Asia – have killed roughly 2,500 people, many of them civilians, since Barack Obama became president.
    My point isn’t that these policies are self-evidently immoral. It’s that Americans are no more likely to consider them immoral than Israelis are to morally oppose their government’s war in Gaza.
    Yes, many Americans are tired of America’s war in Afghanistan. Many were outraged by the Bush administration’s war in Iraq. But even then, the source of their outrage was mostly the way Bush officials sold the war, and the toll it took on American soldiers. It was much rarer, at least in the mainstream media, to hear commentators denounce the war primarily because of the number of Iraqis being killed.
    It’s the same with drones, where sharp moral criticism is largely confined to America’s left fringe. The morality of American sanctions policies – first against Iraq and now against Iran – barely comes up at all. Our foreign-policy discourse is far more self-interested than that.
    Americans who want Israelis to challenge their country’s blockade and military campaign in Gaza because Gazans are suffering are asking Israelis to live up to a standard we rarely meet ourselves. [...]"

- Dead Gaza children win again, at the NYT (Elder of Ziyon) - "Even though this article notes that the proportion of children and women killed were far smaller than their percentage of the Gaza population, all of that is meaningless when there is a dead child's hand hovering over the article" ; "Did the New York Times ever a similar number of photos of dead children killed by Western armies in Afghanistan or Iraq or Pakistan?"
http://elderofziyon.blogspot.fr/2014/08/dead-children-win-again.html
   "The New York Times has an article about the looming war over statistics of what percentage of the Gaza casualties were civilian and terrorist. It pretends to be even-handed, although it falls very short.
    The article downplayed the fact that Hamas killed collaborators and counts them as civiiians killed by Israel, and the possibility that many of the victims were killed by Hamas rockets and bullets and mortars. It didn't mention that Hamas took steps to ensure that terrorist casualties were not reported or named - something that the PCHR, a group mentioned, adhered to. It didn't mention that PCHR goes out of its way to minimize the number of terrorists counted. It didn't mention the flawed methodology of the information gatherers that the UN relies on, at Israel's expense. It gives credence to  the uninformed guesses of a volunteer from New Zealand - a volunteer for Hamas. It didn't mention that at the end of Operation Cast Lead, Hamas had claimed only a few dozen killed; only much later did they admit that Israel's statistics of 709 terrorist deaths were largely correct. It didn't mention comparable statistics of civilian dead in other wars in urban areas, including wars fought by Western powers that killed orders of magnitude more people. It didn't look up the latest statistics from the Meir Amit ITIC published on their website, only saying that their much earlier statistics before the ground war were impressive. It didn't mention that on Sunday, the day of the casualties outside the Rafah UNRWA school, even according to the Hamas-obedient PCHR more than 60% of those killed were terrorists.
    But even if Jodi Rudoren's team had done all of that, it wouldn't have made a difference. Because accompanying the article was a large, poignant photo of a dead child. There is no such thing as objectivity when there the subconscious message is that Israel is murdering babies. The message from the photo overwhelms the article, no matter what it says.
    Of course it is newsworthy to mention civilian casualties. But anti-Zionists and antisemites are using the photos of dead children as their most potent weapons. Even though this article notes that the proportion of children and women killed were far smaller than their percentage of the Gaza population, all of that is meaningless when there is a dead child's hand hovering over the article.
    The Israel-haters are repeating over and over, implicitly and explicitly, that the rules of war do not allow a single civilian to be killed, and every violation is a war crime.  This is nonsense, but you wouldn't know that from reading the NYT. On the contrary, the newspaper is playing up that lie, without explicitly saying it.
    Did the New York Times ever a similar number of photos of dead children killed by Western armies in Afghanistan or Iraq or Pakistan? Did the newspaper ever investigate the number of civilians being killed in Egypt's similar battles against Islamists - that are being covered up?
    The photos may be accurate, but they poison any accuracy that may have been in that article. No amount of IDF videos showing Hamas shooting rockets from civilian areas and the IDF avoiding innocent civilians can counteract those images. And the haters of Israel and Jews couldn't be happier at this coverage."


Point de vue

- Du soutien à Israël et de ses conséquences, Laurent Sagalovitsch (Blog Slate) - "à nouveau, vous vous retrouvez seul. Vous contemplez la une des journaux, vous lisez ici et là les commentaires des internautes, vous écoutez le grondement de la populace et vous comprenez pourquoi vous n’avez jamais pu vraiment accorder votre confiance à l’autre".
http://blog.slate.fr/sagalovitsch/2014/08/04/du-soutien-a-israel-et-de-ses-consequences/
   "Etre juif n’a jamais été de tout repos. Depuis la création de l’Etat d’Israël, c’est même devenu une activité à haut risque. Se risque-t-on à le soutenir même du bout des lèvres qu’on vous regarde comme si vous veniez d’avouer que vous aviez un faible pour les petites culottes d’écolières prépubères.
    Dire son soutien à Israël, même en le minorant par la critique de la continuation imbécile et mortifère des colonies, c’est s’exposer à recevoir en retour une bordée d’injures, tir nourri de toutes les composantes de la société, venant vous expliquer à coups d’arguments cinglants que vous vous rendez complices d’un état pratiquant un apartheid infâme, un état sanguinaire sans foi ni loi, spécialisé dans l’extermination de masse, expert dans l’annihilation de peuplades sans défense. Comment peut-on défendre un pays qui s’en prend de la sorte à de malheureux enfants, qui dégomme à escient des hôpitaux, qui détruit par plaisir des habitations, juste pour apaiser sa soif inextinguible de domination ?
    Devant une telle avalanche d’accusations qui sont in-dis-cu-ta-bles puisque ont été vus et revus à la télé les cadavres d’enfants, les hurlements de douleur des mères, les pleurs des pères, on préfère prendre la tangente sachant d’avance que se battre contre des émotions nées de la vision d’images insoutenables ne peut que renforcer ce sentiment de déshumanité prétendument inhérente à la société israélienne. Les idées les plus censées, les raisonnements les plus fondés, les explications les plus rationnelles ne peuvent rien face à la toute-puissance de l’image. [...]
    Tenter d’expliquer que le Hamas ne se sert de sa population que pour mener à bien sa mission d’islamiser la Palestine, toute la Palestine, Israël compris, afin d’établir une sorte de califat où serait appliqué, avec un rigorisme implacable, la charia, ne pèsera d’aucun poids au regard de la photo d’un enfant enterré dans son linceul encore suintant de sang. Redire pour la centième fois qu’on ne peut tout de même pas reprocher à Israël d’avoir pris des mesures afin que les roquettes lancées de la Bande de Gaza restent inopérantes relève de l’attentat intellectuel.
    Affirmer que du point de vue de la justice humaine l’intention vaut l’action, que si demain je voulais abattre mon voisin en lui tirant une balle en plein cœur, je resterais coupable d’homicide quand bien même ma tentative aurait échoué, mon voisin averti de mes dispositions ayant eu la précaution de se vêtir auparavant d’un gilet pare-balles. Argument balayé de la main puisque ces potentielles victimes n’existent pas, d’ailleurs pour preuve on ne les voit jamais, elles n’apparaissent pas dans le hit-parade des morts à déplorer, argument imparable qui vous renvoie dans vos cordes.
    Essayer de rappeler que depuis le jour de sa naissance, Israël s’est retrouvé sous le feu continu de ses voisins, qu’il a déjà dû essuyer à maintes et maintes reprises l’agression d’un conglomérat de pays arabes résolus de balancer les juifs à la mer se heurtera à la seule réalité d’aujourd’hui où domine exclusivement l’impression que c’est l’Etat hébreu qui, fort de sa supériorité militaire, cherche à en découdre avec son plus vieil ennemi.
    Avancer que même des figures aussi importantes et respectables qu’Amos Oz ou Abraham Yehoshua, des écrivains d’une parfaite rectitude morale qui ont toujours soutenu avec force la création d’un état palestinien, en viennent à justifier dans une certaine mesure l’intervention à Gaza, ne vous sera d’aucune utilité, l’époque n’étant plus à l’écrit mais à l’image.
    Alors, à nouveau, vous vous retrouvez seul. Vous contemplez la une des journaux, vous lisez ici et là les commentaires des internautes, vous écoutez le grondement de la populace et vous comprenez pourquoi vous n’avez jamais pu vraiment accorder votre confiance à l’autre. [...]"
Repost 0
Published by Occam - dans Août 2014
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 19:09

Hamas-cartoon.jpg

 

- Hamas TV: Perhaps destruction in Gaza is "for the best" (PMW)
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=12249
   "Hamas is attempting to convince Palestinians that its military actions during the Gaza conflict were victorious and that the war it caused, with all its destruction, was beneficial to the Palestinians [...]
    - Al-Aqsa TV host: "[Israel] has bombed everything: homes, factories, institutions, organizations and mosques, because it wants to keep us busy with reconstruction. Maybe it's for the best, so we'll build them again better and nicer, as evidence of the Palestinian people's victory. We'll build them bigger, with monuments for the extent of the crime and of [our] achievement in Shuja'iya, Beit Hanoun and other places."  [Al-Aqsa TV (Hamas), July 29, 2014]"

Repost 0
Published by Occam - dans Août 2014
commenter cet article

Présentation

  • : La Boucle d'Occam
  • La Boucle d'Occam
  • : Chaque jour, une Boucle reprend l'actualité de France et du Moyen-Orient autour des thèmes d'Israël et de l'antisémitisme.
  • Contact

Recherche

Pages